Your browser does not support JavaScript!

SOULAGER LA LOMBALGIE

D’après une étude publiée dans le journal de référence « The Lancet », le nombre moyen d’années passées avec une incapacité fonctionnelle liée à la lombalgie a augmenté entre 1994 et 2015, de 54% à travers le monde. Ce chiffre dramatique s’explique principalement par le vieillissement de la population et la hausse de la sédentarité.Ainsi, la lombalgie est aujourd’hui la principale cause d’incapacité, partout dans le monde, et elle est en croissance continue. Le mal de dos est vraiment le mal du 21ème siècle.

Dans ce contexte, vous vous demandez sans doute pourquoi la ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE aurait une efficacité tellement supérieure aux autres dispositifs que vous connaissez déjà !

La ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE pour traiter la lombalgie aiguë et prévenir la lombalgie chronique

En fait, lors d’une crise de lombalgie commune, l’origine de la douleur est liée à une contrainte mécanique, qui, en s’aggravant, entrainera une douleur de type radiculalgie, cad une compression d’un nerf.

Ainsi, pour soigner la lombalgie commune, il faudra permettre de libérer durablement les racines nerveuses de la pression exercée sur elles pour permettre une reprise d’activité sécurisée, et éviter le passage à la chronicité.

C’est toute la philosophie d’action de la nouvelle génération de ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE.

Le premier bénéfice ressenti, dès la première utilisation, par les utilisateurs des ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE contre la cruralgie est l’effet anti-douleurs naturel, mécanique, rapide et modulable.

LES MÉCANISMES D’ACTION DE LA CEINTURE AIR LOMBAIRE

Effet de décompression sur le nerf comprimé par étirement vertical lombaire en bas du dos
Par le gonflage, la ceinture AIR LOMBAIRE provoque un léger étirement lombaire au niveau L3L4L5S1. Ainsi, en augmentant l'espace intervertébral, elle permet de réduire la pression exercée sur les disques lombaires et donc soulage mécaniquement et immédiatement, les douleurs lombaires dont l’origine était liée à une compression du nerf, sans effet secondaire. L’intensité de l’effet anti-douleur est ajustée par l’utilisateur en fonction de son besoin, en gonflant plus ou moins la ceinture AIR LOMBAIRE. Cet effet sera absolument primordial pour expliquer l’efficacité des ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE dans les cas de lombalgie par hernie discale, sciatique, cruralgie ou discopathie dégénérative.
Nota bene : cet effet d’étirement vertical en cas de cruralgie est habituellement recherché lors des exercices lombaires d’étirement pratiqués chez le kinésithérapeute.
Malheureusement, quand la douleur est encore présente, la kinésithérapie n’est pas recommandée. Avec la ceinture, la disparition rapide de la douleur va permettre de ne pas retarder la reprise d’activité, de commencer en sécurité la rééducation avec les séances de kinésithérapie, et d’accompagner le retour à la vie normale entre les séances de kinésithérapie..
2 / Effet myorelaxant et nutritif de la chaleur au niveau des lombaires
Par le maintien de la juste chaleur dans la région lombaire, grâce aux propriétés isolantes de la partie gonflable, la ceinture gonflable AIR LOMBAIRE contribue à la vasodilatation locale et au relâchement des muscles. La chaleur améliore l’apport des nutriments et de l’oxygène dont les disques et les muscles ont besoin pour guérir et rester en bonne santé. Ainsi, la finition chauffante de la ceinture AIR LOMBAIRE, avec un textile intelligent breveté dénommé Calortex™, peut être avantageusement utilisée en cas de lombalgie par arthrose lombaire ou lumbago. En été, on préfèrera la finition anti-transpirante qui permet une thermo-régulation (garde le froid quand il fait chaud et garde le chaud quand il fait froid) sans transpiration grâce au tissu Outlast™ développé pour la NASA.
3 / Effet d’hydratation des disques lombaires entre les vertèbres lombaires
L’étirement vertical de la colonne lombaire provoqué par le port de la ceinture AIR LOMBAIRE, en association avec une bonne hydratation, va contribuer à mieux maintenir l’hydratation des disques intervertébraux. En hydratant davantage le disque, celui-ci récupère davantage sa fonctionnalité d’amortisseur lors d’une exposition à une augmentation de pression liée à la reprise d’activité. Cet effet sera intéressant en cas de lombalgie associée à une discopathie ou une hernie discale.
4 / Effet d’alignement de la colonne lombaire en cas de lombalgie par spondylolisthésis ou scoliose
Par la solidarisation de la partie lombaire avec la ceinture abdominale naturelle, la ceinture AIR LOMBAIRE, contribue à réaligner la colonne lombaire en cas problèmes lombalgiques d’alignement, comme dans le cas de glissement de vertèbres (spondylolisthésis) ou de scoliose à l’origine d’une lombalgie commune. Comme la ceinture AIR LOMBAIRE est non élastique en partie ventrale, et de faible hauteur, elle autorise l'ensemble des mouvements habituels sans comprimer le ventre, et sans gêne. En outre, elle est munie d’un système anti-glisse pour rester parfaitement en place lors du passage en position assise.
5 / Effet d'absorption des vibrations au niveau de la colonne lombaire
Par le gonflage du pneumatique, situé uniquement en partie dorsale, la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE absorbe les vibrations auxquelles la personne est exposée, comme un pneumatique absorbe les vibrations sur la route. Les ceintures lombaire AIR LOMBAIRE sont d'ailleurs utilisées par le personnel de pont du porte-avion Charles de Gaulle et les pilotes d'hélicoptère de l'Armée Française pour leurs propriétés anti-vibration, depuis 2010. Cet effet sera pertinent si la personne atteinte de lombalgie est soumise à des vibrations intenses et récurrentes (cruralgie du conducteur de voiture de moto, de tracteur, d’hélicoptère ou d’avion, du pilote d’engins de chantiers, sciatique de l’ouvrier du BTP...).
6 / Effet anti-spasmodique, la nuit, par massage des muscles lombaires
La lombalgie est parfois « insomniante » : les douleurs vous empêchent de dormir et/ou peuvent vous réveiller la nuit. A chaque mouvement du dos contre le matelas, la pression exercée sur la chambre pneumatique en partie lombaire fait circuler l’air dans la ceinture. Cette circulation reproduit les palpations du kinésithérapeute lors de massage et induit un relâchement des muscles lombaires. Cette action prévient ainsi les spasmes musculaires la nuit (c’est à dire les contractions intempestives en coup de poignard). Elle est particulièrement appréciée par les personnes atteintes de lombalgie type lumbago qui ont des douleurs nocturnes.

Soulager la lombalgie et prévenir la récidive

De nombreuses études ont analysé l’évolution des symptômes douloureux, ou de leurs conséquences sociales, dans des populations de patients ayant présenté une lombalgie aiguë.

Ces études concordent, quels que soient les pays considérés, et indiquent que 74 % à 90 % des personnes en arrêt de travail suite à une lombalgie auront repris leur activité habituelle avant la 4e semaine. Pour une minorité de patients cependant, l’évolution n’est pas aussi favorable : selon les pays et le contexte (accidents du travail ou accidents de vie privée), 5 à 10 % des patients sont encore absents pour lombalgie six mois après l ’épisode aigu.

Ces lombalgiques, absents de longue durée, sont unanimement qualifiés de lombalgiques chroniques à partir du 3e mois d’absence continue. Or, ces absences de longue durée sont associées à un mauvais pronostic, en termes de revalidation : la probabilité de reprise du travail ne serait plus que de 40 % après 6 mois d’absence consécutifs et de 15 % seulement après un an.

En outre, plusieurs études montrent que ces 5 à 10 % de patients lombalgiques chroniques sont à l’origine de 70 à 80 % des coûts sociaux supportés par la collectivité pour l’ensemble des problèmes de lombalgie. Le fait que le taux de reprise du travail au 3e mois varie, selon les études, de 75 à 95% suggère qu’il existe des possibilités de réduire le taux de passage à la chronicité et c’est cette conviction qui fonde l’utilisation de la ceinture AIR LOMBAIRE au-delà de la phase aigue de lombalgie.

En effet, au-delà de la phase de soulagement immédiat de la lombalgie, les effets vont durer dans le temps à mesure que la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE vous accompagne dans votre reprise d’activité. Il ne s’agit donc pas de l’abandonner trop tôt et de prendre le risque d’une récidive de lombalgie.

Peut-être pensez-vous ou avez-vous entendu dire que les ceintures lombaires, c’est mauvais pour les muscles physiologiques. Dans ce cas, vous pensez surement qu’il faut porter au minimum votre ceinture lombaire et la remiser au placard le plus vite possible. C’est en effet un des reproches classiques fait aux ceintures élastiques traditionnelles à baleines, avec plus ou moins de fondement scientifique.

Une chose est sûre, avec la ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE, qui n’est pas élastique, vous n’avez aucun risque de fonte musculaire ; au contraire, il a été constaté que les patients portant durablement la ceinture AIR LOMBAIRE regagnent du muscle, et la raison est simple à comprendre.

En fait, la ceinture n’a pas de propriété intrinsèque sur la musculation, mais parce qu’avec la ceinture AIR LOMBAIRE, la douleur est efficacement combattue, les utilisateurs reprennent leurs activités sans faire de mouvements de compensation et alors, ils reconstituent et développent leur masse musculaire. Vous êtes le moteur de votre développement musculaire, mais parce qu’avec AIR LOMBAIRE, vous n’avez pas de douleur et pas peur de vous faire mal, alors AIR LOMBAIRE contribue au redéploiement de votre masse musculaire !

En résumé, la ceinture gonflable AIR LOMBAIRE permet de soulager la lombalgie aigue et de prévenir la récidive ou la dérive vers la lombalgie chronique.

A noter : à réception du produit, vous avez 30 jours pour tester la ceinture. Si la ceinture est efficace, le soulagement est immédiat et la prise en charge garantie sur prescription. Si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous (moins de 1% des cas), votre argent vous est intégralement restitué.

Les différents types de lombalgies

Les lombalgies sont classées en lombalgies communes (plus de 95% des lombalgies) et en lombalgies spécifiques (5% des cas). La lombalgie commune correspond à des douleurs lombaires de l’adulte sans rapport avec une cause inflammatoire, traumatique, tumorale ou infectieuse.

1/ Les lombalgies spécifiques

Bien que beaucoup moins fréquentes que les lombalgies communes, les douleurs lombaires dans le cadre de lombalgies spécifiques peuvent être causées par :

  • Une infection : Également appelée ostéomyélite, une infection de la colonne vertébrale est rare, mais peut causer de graves douleurs et mettre la vie en danger si elle n’est pas traitée. Elle peut être causée par des procédures chirurgicales, des injections ou se propager dans le sang. Les patients dont le système immunitaire est affaibli sont plus susceptibles de développer une infection de la colonne vertébrale.
  • Une Tumeur : La plupart des tumeurs de la colonne vertébrale commencent dans une autre partie du corps et se métastasent jusqu’à la colonne vertébrale. Les tumeurs les plus communes qui se propagent à la colonne vertébrale partent du cancer du sein, de la prostate, des reins, de la thyroïde ou du poumon. Tout nouveau symptôme de maux de dos chez un patient dont le diagnostic de cancer est connu devrait être évalué afin de déceler la possibilité de métastases vertébrales.
  • Une Maladie auto-immune : La douleur lombaire est un symptôme possible associé à des affections auto-immunes, comme la spondylarthrite ankylosante, la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, la maladie de Crohn, la fibromyalgie entre autres.

2 / Les lombalgies communes

La classification des lombalgies communes tient compte de la durée des symptômes de douleurs lombaires :

  • Les lombalgies aiguës, qui évoluent favorablement en 4 à 6 semaines représentent 90% des lombalgies ; Ce type de douleur est considéré comme une réaction normale de l’organisme à une blessure ou à une lésion des tissus. La douleur diminue graduellement à mesure que le corps guérit.
  • Les lombalgies subaiguës qui ont une évolution comprise entre 6 et 12 semaines. ce type de douleur est habituellement de nature mécanique (comme une contraction musculaire ou des douleurs articulaires) mais se prolonge. À ce stade, un bilan médical peut être envisagé, et il est conseillé si la douleur est intense et limite la capacité de participer aux activités de la vie quotidienne, du sommeil et du travail. C’est une période charnière durant laquelle il est important d’intensifier le traitement. Elles représentent 3% des lombalgies ;
  • Les lombalgies chroniques marquées par leur ancienneté supérieure à 3 mois ; Elles représentent 7% des lombalgies ; Si la douleur au bas du dos qui dure plus de trois mois, le passage à la chronicité de ce type de douleur est habituellement grave, ne répond pas aux traitements initiaux et nécessite un examen médical approfondi pour déterminer la source exacte de la douleur Les lombalgies récidivantes sont définies comme la survenue d’au moins deux épisodes aigus à moins d’un an d’intervalle.

Les douleurs de la lombalgie commune

Principalement, les douleurs de lombalgies communes comprennent :

  • La douleur mécanique: De loin la cause la plus fréquente de douleurs lombaires, les douleurs mécaniques sont principalement dues aux muscles, aux ligaments, aux articulations (facettes, articulations sacro-iliaques) ou aux os dans et autour de la colonne vertébrale. Ce type de douleur tend à être localisé au bas du dos, aux fesses et parfois au sommet des jambes. Elle est habituellement influencée par la charge de la colonne vertébrale et peut être différente selon le mouvement (avant/arrière/torsion), l’activité, la position debout, la position assise ou le repos. Elle est intimement liée à la pression imposée aux disques vertébraux.
  • La douleur radiculaire Ce type de douleur peut survenir si la racine d’un nerf spinal se trouve en situation de pincement causant une compression sur le trajet du nerf. La douleur radiculaire correspondra souvent à une aggravation d’une douleur mécanique, qui finit par comprimé la racine nerveuse à proximité du lieu d’usure mécanique. La douleur radiculaire peut suivre le trajet d’un nerf (par exemple sciatique ou crural) vers le bas dans la fesse et/ou la jambe. Sa sensation spécifique est une douleur aiguë, électrique, de type brûlant et peut être associée à un engourdissement ou à une faiblesse. Elle est généralement ressentie d’un seul côté du corps.

Il existe cependant d’autres types de douleur, notamment dans les lombalgies spécifiques comme les douleurs dues à des affections inflammatoires (comme la polyarthrite rhumatoïde ou la spondylarthrite ankylosante) et les douleurs provenant d’une autre partie du corps et présentes dans le bas du dos (comme les calculs rénaux ou la colite néphrétique).

Le type de douleur permet de préciser les hypothèses de diagnostic, en particulier lors du passage à la chronicité.

A l’interrogatoire du patient par son médecin, il sera important de caractériser l’observation de la douleur par le patient :

  • Une douleur sourde : La douleur qui demeure à l’intérieur du bas du dos (douleur axiale) est habituellement décrite comme étant handicapante et douloureuse. Ce type de douleur peut s’accompagner de spasmes musculaires légers ou sévères, d’une mobilité limitée et de douleurs aux hanches et au bassin.
  • Une douleur qui se déplace jusqu’aux fesses, aux jambes et aux pieds : Parfois, les douleurs lombaires comprennent une sensation de picotement ou d’engourdissement qui se déplace le long des cuisses, les jambes et les pieds, aussi appelée sciatique.
  • Une douleur qui est pire après une position assise prolongée : La position assise exerce une pression sur les disques, ce qui aggrave les douleurs lombaires après de longues périodes d’assise. La marche et les étirements peuvent soulager rapidement les douleurs lombaires, mais le retour à la position assise peut entraîner le retour des symptômes.
  • Une douleur qui s’améliore lorsqu’on change de position : Selon la cause sous-jacente de la douleur, certaines positions seront plus confortables que d’autres. Par exemple, avec la sténose vertébrale, marcher normalement peut être difficile et douloureux, mais se pencher en avant sur quelque chose peut réduire la douleur. La façon dont les symptômes changent en changeant de position peut aider à identifier la source de la douleur.
  • Une douleur qui est pire après le réveil et meilleure après avoir bougé. Beaucoup de ceux qui souffrent de lombalgie ressentent des symptômes qui s’aggravent dès le matin. Après s’être levé et avoir bougé, les symptômes sont soulagés. La douleur du matin est due à une raideur causée par de longues périodes de repos, une diminution du débit sanguin pendant le sommeil et peut-être même la qualité du matelas et des oreillers utilisés.

Bien sûr, il y a d’autres façons d’éprouver des douleurs lombaires. La lombalgie varie d’un individu à l’autre et de nombreux facteurs influencent l’expérience de la douleur, y compris la santé mentale et émotionnelle, le stress financier ou le niveau d’exercice et d’activité physique.

Les plus grandes vertèbres du corps se trouvent dans la colonne lombaire, supportant la plus grande partie du poids du haut du corps. Ces vertèbres sont très sensibles à la dégénérescence et aux blessures, et une blessure à un niveau de la colonne vertébrale peut causer un ensemble spécifique de symptômes si elle touche certaines racines nerveuses :

    • Lombalgies L3-L4 : La racine nerveuse L3-L4 est susceptible de provoquer des douleurs fulgurantes à l’avant de la cuisse, y compris éventuellement des engourdissements ou des picotements. La douleur ou les symptômes neurologiques peuvent également irradier vers l’avant du genou, du tibia et du pied, bien qu’ils soient moins fréquents.
    • Lombalgies L4-L5 : Les douleurs du segment L4-L5 se manifestent généralement par des douleurs du nerf sciatique à l’arrière de la cuisse et, éventuellement, par des douleurs qui atteignent les mollets, combinées à des douleurs lombaires axiales.
    • Lombalgies L5-S1 : Là où la base de la colonne vertébrale est reliée au sacrum et au dessus du coccyx, il y a quelques articulations qui fournissent soutien et flexibilité. L’une est l’articulation lombosacrée, qui permet aux hanches de se balancer d’un côté à l’autre, et l’autre est l’articulation sacro-iliaque, qui a une mobilité limitée et absorbe principalement les chocs du haut du corps vers le bas du corps.

Différentes racines nerveuses sont irritées en fonction des structures lombaires blessées, et le fait de pouvoir pointer du doigt les zones spécifiques de la douleur radiculaire peut aider à diagnostiquer plus précisément la source de la douleur lombaire.

Parfois, les douleurs lombaires peuvent signaler une condition médicale sous-jacente grave. Il est conseillé aux personnes qui présentent l’un des symptômes suivants de demander des soins immédiats :

  • Perte du contrôle de la vessie et des intestins
  • Perte de poids récente qui n’est pas due à des changements de mode de vie, comme le régime alimentaire et l’exercice physique.
  • Fièvre et frissons
  • Douleur intense et incessante dans l’abdomen.

De plus, les personnes qui éprouvent des symptômes de douleur après un traumatisme majeur (tel qu’un accident de voiture) sont invitées à consulter les urgences. Si la lombalgie interfère avec les activités quotidiennes, la mobilité, le sommeil ou s’il y a d’autres symptômes troublants, il faut consulter un médecin.

Les causes de la lombalgie commune devenant chronique

La douleur chronique dans le bas du dos implique souvent un problème discal, un problème articulaire et/ou une racine nerveuse irritée. Les causes courantes sont les suivantes :

    • Une Hernie discale lombaire : Le centre du disque intervertébral peut traverser la couche externe résistante et irriter une racine nerveuse voisine. La partie du disque hernié est remplie de protéines qui causent l’inflammation lorsqu’elles atteignent une racine nerveuse, la compression et l’inflammation nerveuse causent alors des douleurs. La paroi du disque est aussi richement alimentée par les fibres nerveuses, et une déchirure à travers la paroi peut causer de graves douleurs. Les hernies lombaires les plus fréquentes sont en L4L5 ou L5S1
    • L’Arthrose lombaire : C’est une maladie résultant de l’usure des articulations de la colonne vertébrale. Elle cause de la douleur, de l’inflammation, de l’instabilité et une sténose à un degré variable. Elle peut se produire à un seul niveau ou à plusieurs niveaux de la colonne lombaire ; on parle alors d’arthrose pluri-étagée. L’arthrose rachidienne est associée au vieillissement et progresse lentement.
    • La Discopathie dégénérative À la naissance, les disques intervertébraux sont pleins d’eau et en bonne santé. À mesure que les gens vieillissent, les disques perdent leur hydratation et s’usent. Comme le disque perd son hydratation, il ne peut pas résister aux forces et transfère la force à la paroi du disque qui peut développer des déchirures et causer des douleurs ou un affaiblissement pouvant mener à une hernie. Le disque peut aussi s’effondrer et contribuer à la sténose vertébrale.
    • La Sténose vertébrale : Cette pathologie provoque des douleurs par le rétrécissement du canal rachidien où canal lombaire. Le rétrécissement peut être central, périphérique ou les deux en même temps, et peut se faire à un ou plusieurs niveaux dans le bas du dos.
    • Le Spondylolisthésis : Cette pathologie se produit lorsqu’une vertèbre glisse sur la vertèbre adjacente. Les spondylolisthésis les plus courants sont secondaires à un défaut ou une fracture des facettes articulaires des vertèbres ou une instabilité mécanique au niveau L5S1. La douleur peut être causée par cette instabilité ou une compression des nerfs à cause de ce glissement.
    • La discopathie ou dysfonctionnement des articulations intervertébrales : Il y a deux articulations à facettes (vertébrale) derrière chaque disque à chaque segment de mouvement de la colonne lombaire. Ces articulations sont tapissées de cartilage et sont entourées d’un système ligamentaire et capsulaire, richement innervé et vascularisé. Ces articulations peuvent être douloureuses par elles-mêmes ou en association avec des douleurs discales.
    • Le dysfonctionnement de l’articulation sacro-iliaque : L’articulation sacro-iliaque relie le sacrum au bas de la colonne vertébrale à chaque côté du bassin. Il s’agit d’une articulation forte et basse qui absorbe principalement les chocs et les tensions entre le haut du corps et le bas du corps. L’articulation sacro-iliaque peut devenir douloureuse si elle devient enflammée (sacro illite) ou s’il y a trop ou trop peu de mouvement de l’articulation.
    • La déformation type scoliose ou cyphose : La cambrure et les déformations de la colonne vertébrale peut inclure la scoliose ou la cyphose. La déformation peut être associée à des douleurs lombaires si elle entraîne la rupture des disques, des facettes articulaires, des articulations sacro-iliaques ou une sténose.
    • Un traumatisme : Les fractures aiguës ou les dislocations de la colonne vertébrale peuvent entraîner des douleurs. Les douleurs lombaires qui se développent après un traumatisme, comme un accident de voiture ou une chute, doivent être évaluées médicalement en urgence.
    • Un tassement de vertèbre ou une fracture par compression :: Une fracture qui se produit dans une vertèbre, dans laquelle l’os s’effondre essentiellement sur lui-même, peut causer une douleur soudaine. Ce type de fracture est le plus fréquent en raison de la faiblesse des os, comme l’ostéoporose, et est plus fréquent chez les personnes âgées.

Il est important de noter que la présence d’une ou de plusieurs de ces pathologies ne signifie pas nécessairement qu’il s’agit de la cause de la douleur. Par exemple, l’arthrose ou une hernie discale pourrait apparaître sur une étude d’imagerie, mais la personne peut ne pas ressentir de douleur. On parle alors de pathologie asymptomatique.

Les autres traitements de la lombalgie

Le repos est souvent inévitable car la douleur est invalidante ; cependant, l’objectif du traitement doit être de soulager pour permettre de bouger et de vivre normalement.

    • Temps de repos court : De nombreux épisodes de douleurs lombaires peuvent être améliorés en évitant brièvement toute activité intense. Il n’est pas conseillé de se reposer plus de quelques jours, car trop d’inactivité peut rendre la guérison plus difficile.
    • Une modification de l’activité : Une variante du repos consiste à rester actif tout en évitant les activités et les positions qui aggravent la douleur. Par exemple, si de longues périodes d’assise dans une voiture ou à un bureau aggravent la douleur, réglez une minuterie pour vous lever toutes les 20 minutes et marcher ou vous étirer doucement. 

Si le fait de rester debout aggrave la douleur, évitez les corvées qui exigent d’être debout, comme laver la vaisselle. Le fait d’éviter ou de minimiser les activités et les positions qui aggravent la douleur aidera à prévenir ou à réduire les spasmes douloureux du dos et permettra un meilleur environnement de guérison.

    • Thérapie thermique/ Cryothérapie : La chaleur d’un bain chaud, d’une bouillotte, d’un coussin chauffant électrique ou un patch chauffant peut détendre les muscles tendus et améliorer la circulation sanguine. L’augmentation du flux sanguin apporte des nutriments et de l’oxygène dont les muscles ont besoin pour guérir et rester en bonne santé. Si le bas du dos est douloureux en raison d’une inflammation, on peut utiliser de la glace ou des compresses froides pour réduire l’inflammation. Il est important de protéger la peau tout en appliquant de la chaleur et la glace pour prévenir les dommages aux tissus.
    • L’alternance de chaleur et de glace peut être particulièrement utile lors du retour à l’activité : l’application de chaleur avant les activités aide à détendre les muscles, ce qui permet une meilleure flexibilité et mobilité ; l’application de glace après l’activité réduit les chances qu’une zone devienne irritée et gonflée par l’exercice. 
    • Les antalgiques analgésiques (anti-douleurs) en vente libre : Les médicaments en vente libre les plus courants sont l’aspirine, le paracétamol, l’ibuprofène, le naproxène. L’aspirine, l’ibuprofène et le naproxène sont des médicaments anti-inflammatoires qui soulagent les douleurs lombaires causées par un gonflement des nerfs ou des muscles. L’acétaminophène agit en interférant avec les signaux de douleur envoyés au cerveau. Demandez conseil à votre pharmacien. 
    • Une infiltration de cortisone : Si d’autres alternatives ne sont pas efficaces, alors des corticoïdes peuvent être injectée dans l’espace péridural, autour de la moelle épinière. La cortisone est un anti-inflammatoire. Elle permet de réduire l’inflammation autour des racines nerveuses. Les injections peuvent également être utilisées pour anesthésier les zones que l’on soupçonne d’être à l’origine de la douleur. Tout type de médicament comporte des risques et des effets secondaires possibles. Si un patient n’est pas certain de ce qu’il fait, il est conseillé de consulter un professionnel.
    • L’ostéopathie représente une autre option de traitement non chirurgical pour les patients souffrant de lombalgies. Les ostéopathes peuvent diminuer les douleurs lombaires en mobilisant les vertèbres par des manipulations (communément appelées « ajustements »). Les ostéopathes pensent que le corps est un tout unifié et que la mobilisation de plusieurs de ses composantes (particulièrement le système musculo-squelettique) favorise les processus naturels d’autorégulation et d’auto-guérison. Les manipulations ostéopathiques peuvent être particulièrement utiles pour soulager la douleur pour les blessures des facettes articulaires, l’arthrose et le dysfonctionnement des articulations sacro-iliaques, car ces conditions représentent un dysfonctionnement articulaire qui répond bien à la mobilisation. Les ostéopathes manipulent la colonne vertébrale pour traiter la « subluxation », ce qui détaille la position modifiée de la vertèbre et la perte fonctionnelle subséquente qui se produit lorsque la vertèbre n’est pas en position par rapport à d’autres vertèbres. Un ajustement chiropratique implique généralement que le chiropraticien appliquer des impulsions fines et à grande vitesse à la vertèbre, dans le but de réduire la pression sur les articulations et de soulager la douleur. La manipulation de la colonne vertébrale peut être effectuée par différentes techniques ostéopathique qui sont le plus souvent indolores et apaisantes. Demandez conseil à votre médecin.

Les exercices pour la lombalgie

La kinésithérapie fait habituellement partie d’un régime de gestion des douleurs lombaires. Les types d’exercices utilisés pour réhabiliter la colonne vertébrale incluent :

    • Étirement : Presque tout le monde peut bénéficier de l’étirement des muscles du bas du dos, des fesses, des hanches et des jambes (en particulier les muscles ischio-jambiers). Ces muscles supportent le poids du haut du corps. Plus ces muscles sont mobiles, plus le dos peut bouger sans se blesser. Il est généralement conseillé de commencer un petit étirement pendant 20 à 30 secondes et d’arrêter un étirement s’il cause de la douleur.
    • Exercices de renforcement. Le renforcement des muscles abdominaux, des hanches et des fessiers qui soutiennent la colonne vertébrale, aussi appelés muscles centraux, peut aider à soulager les douleurs lombaires. Deux programmes communs sont la méthode McKenzie et la stabilisation lombaire dynamique : 
  • La méthode McKenzie étend la colonne vertébrale par la construction de la force musculaire centrale, réduisant ainsi la douleur causée par la compression des structures de la colonne vertébrale, comme une hernie discale causée par un espace disque comprimé.
  • La stabilisation lombaire dynamique renforce les muscles du dos pour maintenir la « colonne vertébrale neutre » du patient ou la posture la plus confortable
    • Faire du cardio : L’exercice aérobique à faible impact augmente le débit sanguin et favorise la guérison d’une blessure sans secouer la colonne vertébrale. Travailler sur son coeur peut comprendre l’utilisation de vélos stationnaires, d’appareils elliptiques ou de marche, la marche et la thérapie par l’eau. Les personnes souffrant de lombalgie qui font régulièrement de l’exercice aérobie signalent moins d’épisodes de douleur récurrents et sont plus susceptibles de demeurer actives et fonctionnelles lorsque la douleur augmente. Tout exercice qui élève la fréquence cardiaque pendant une période de temps prolongée est bénéfique pour le corps. L’activité physique régulière est importante pour maintenir l’amplitude des mouvements et la souplesse d’une colonne vertébrale

Plan de page

Voir les produits

POUR LA lombalgie

CEINTURE AIR LOMBAIRE GONFLABLE

Prise en charge

Avis

Témoignages lombalgie

OREILLER AIRFORME

Avis

Témoignages lombalgie

Les Avantages

MAL DE DOS SOLUTIONS

Résultats cliniques certifiés
80 000 personnes soulagées
Bénéfices
dès la première utilisation
Satisfait ou remboursé
30 jours
Fournisseur De l'Armée française

Toutes les commandes, expéditions et conseils téléphoniques continuent de fonctionner au mois d'Août 2019

Chez Mal De Dos Solutions, nous avons à cœur de vous offrir la meilleure expérience de recherche possible, tout en respectant vos choix. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies