Your browser does not support JavaScript!

SOULAGER LA SCIATIQUE

Vous vous demandez sans doute pourquoi la ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE aurait une efficacité tellement supérieure aux autres dispositifs de soulagement des douleurs de sciatique, que vous connaissez déjà !En fait, dans l’immense majorité des crises de sciatique, l’origine de la douleur est d’abord mécanique : quelque chose appuie sur le nerf sciatique et génère douleur puis inflammation.

Pour soigner la sciatique, il faudra donc chercher à décompresser le nerf sciatique. C’est toute la philosophie d’action de la nouvelle génération de ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE.

La ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE pour soulager et traiter la sciatique

Le premier bénéfice ressenti par les utilisateurs des ceintures lombaires AIR LOMBAIRE contre la sciatique est l’effet anti-douleurs naturel, rapide et modulable, sans effets secondaires.

LES MÉCANISMES D’ACTION DE LA CEINTURE AIR LOMBAIRE

1 / Effet de décompression sur le nerf sciatique par étirement vertical de la colonne vertébrale lombaire
Par le gonflage, la ceinture AIR LOMBAIRE provoque un léger étirement lombaire de la colonne vertébrale. Ainsi, en augmentant l'espace intervertébral, elle permet de réduire la pression exercée sur les disques lombaires et donc soulage mécaniquement et immédiatement, les douleurs lombaires dont l’origine était liée à une compression du nerf sciatique, sans effet secondaire. L’intensité de l’effet anti-douleur est ajustée par l’utilisateur en fonction de son besoin, en gonflant plus ou moins la ceinture AIR LOMBAIRE. Cet effet sera absolument primordial pour expliquer l’efficacité des ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE dans les cas de sciatique par hernie discale ou de sciatique par arthrose lombaire.
Nota bene : cet effet d’étirement vertical est habituellement recherché lors des exercices lombaires d’étirement pratiqués chez le kinésithérapeute. Avec la ceinture, cet effet va être immédiat de façon à ne pas retarder la reprise d’activité, entre les séances de kinésithérapie.
2 / Effet myorelaxant et nutritif de la chaleur au niveau des muscles lombaires
Par le maintien de la juste chaleur dans la région lombaire, grâce aux propriétés isolantes de la partie gonflable, la ceinture gonflable AIR LOMBAIRE prévient ainsi les coups de froid sur la zone lombaire, particulièrement en hiver. L’exposition au froid, en particulier lorsque le corps n’est pas échauffé, est à l’origine de crises de sciatique. La chaleur renforce l’efficacité grâce à la relaxation musculaire qu’elle induit, par exemple dans le cas de sciatique associée au syndrome de type piriforme. Elle améliore aussi la circulation sanguine et l’augmentation du débit sanguin apporte des nutriments et de l’oxygène dont les muscles ont besoin pour guérir et rester en bonne santé. Ainsi, la finition chauffante avec un textile intelligent breveté dénommé Calortex™, peut être avantageusement utilisée en cas de sciatique par arthrose lombaire ou de lombosciatique.
En été, on préfèrera la finition anti-transpirante qui permet une thermo-régulation (garde le froid quand il fait chaud et garde le chaud quand il fait froid) sans transpiration grâce au tissu Outlast™ développé pour la NASA.
3 / Effet d’alignement de la colonne lombaire en cas de sciatique par syndrome facettaire
Par la solidarisation de la partie lombaire avec la ceinture abdominale naturelle, la ceinture AIR LOMBAIRE, contribue à réaligner la colonne lombaire en cas problèmes d’alignement, comme dans le cas de syndrome facettaire à l’origine de certaines sciatiques. Comme la ceinture AIR LOMBAIRE est non élastique en partie ventrale, et de faible hauteur, elle autorise l'ensemble des mouvements habituels sans comprimer le ventre, et sans gêne. En outre, elle est munie d’un système anti-glisse pour rester parfaitement en place lors du passage en position assise.
4 / Effet d’hydratation des disques lombaires entre les vertèbres lombaires
L’étirement vertical de la colonne lombaire provoqué par le port de la ceinture AIR LOMBAIRE, en association avec une bonne hydratation, va contribuer à mieux maintenir l’hydratation des disques intervertébraux. En hydratant davantage le disque, celui-ci récupère davantage sa fonctionnalité d’amortisseur lors d’une exposition à une augmentation de pression liée à la reprise d’activité. Cet effet sera intéressant en cas de sciatique par hernie discale.
5 / Effet d'absorption des vibrations au niveau de la colonne lombaire
Par le gonflage du pneumatique, situé uniquement en partie dorsale, la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE absorbe les vibrations auxquelles la personne est exposée, comme un pneumatique absorbe les vibrations sur la route. Les ceintures lombaire AIR LOMBAIRE sont d'ailleurs utilisées par le personnel de pont du porte-avion Charles de Gaulle et les pilotes d'hélicoptère de l'Armée Française pour leurs propriétés anti-vibration, depuis 2010. Cet effet sera pertinent si la personne atteinte de sciatique est soumise à des vibrations intenses et récurrentes (sciatique du conducteur de voiture de moto, de tracteur, d’hélicoptère ou d’avion, du pilote d’engins de chantiers, sciatique de l’ouvrier du BTP...).
6 / Effet anti-spasmodique, la nuit, par massage des muscles lombaires
La sciatique est « insomniante » : ses douleurs vous réveillent la nuit et peuvent vous empêcher de dormir. A chaque mouvement du dos contre le matelas, la pression exercée sur la chambre pneumatique en partie lombaire fait circuler l’air dans la ceinture. Cette circulation reproduit les palpations du kinésithérapeute lors de massage et induit un relâchement des muscles lombaires. Cette action prévient ainsi les spasmes musculaires la nuit (c’est à dire les contractions intempestives en coup de poignard). Elle est particulièrement appréciée par les personnes atteintes de sciatique qui ont besoin de dormir avec la ceinture AIR LOMBAIRE.

Soulager la sciatique, Bouger Naturellement, Vivre Normalement sans peur d’une nouvelle crise de sciatique

Au-delà de la phase de soulagement immédiat de la douleur de sciatique, ces effets vont durer dans le temps à mesure que la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE vous accompagne dans votre reprise d’activité. Il ne s’agit donc pas de l’abandonner trop tôt et de prendre le risque d’une nouvelle crise de sciatique.

Peut-être pensez-vous ou avez-vous entendu dire que les ceintures lombaires, c’est mauvais pour les muscles physiologiques. Dans ce cas, vous pensez surement qu’il faut porter au minimum votre ceinture lombaire et la remiser au placard le plus vite possible. C’est en effet un des reproches classiques fait aux ceintures élastiques traditionnelles, avec plus ou moins de fondement scientifique.

Une chose est sûre, avec la ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE, qui n’est pas élastique, vous n’avez aucun risque de fonte musculaire ; au contraire, il a été constaté que les patients portant durablement la ceinture AIR LOMBAIRE regagnent du muscle, et la raison est simple à comprendre.

En fait, la ceinture n’a pas de propriété intrinsèque sur la musculation, mais parce qu’avec la ceinture AIR LOMBAIRE, la douleur est efficacement combattue, les utilisateurs reprennent leurs activités sans faire de mouvements de compensation et alors, ils reconstituent et développent leur masse musculaire. Vous êtes le moteur de votre développement musculaire, mais parce qu’avec AIR LOMBAIRE, vous n’avez pas de douleur et pas peur de vous faire mal, alors AIR LOMBAIRE contribue au redéploiement de votre masse musculaire !

En résumé, la ceinture gonflable AIR LOMBAIRE permet soulager la sciatique et de prévenir la récidive pendant vos activités quotidiennes.

A noter : à réception du produit, vous avez 30 jours pour tester la ceinture. Si la ceinture est efficace, le soulagement est immédiat et la prise en charge garantie sur prescription. Si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous (moins de 1% des cas), votre argent vous est intégralement restitué.

La crise de sciatique et la douleur de sciatique

Non seulement le nerf sciatique est le plus long du corps humain, mais il est également le plus volumineux. Sa compression, à un endroit ou un autre de son trajet, provoque cette douleur si particulière et intense.

La crise de sciatique provoque une douleur vive, qui part du bas du dos pour irradier dans toute la jambe. La douleur est due à l’inflammation autour de la racine nerveuse. C’est pourquoi les anti-inflammatoires peuvent agir sur l’intensité de la douleur mais pas sur sa cause.

Le plus souvent, la crise de sciatique (ou lombo-sciatique) est déclenchée lors d’un effort physique par la compression des racines du nerf sciatique au niveau du rachis lombaire, soit entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire (sciatique L4-L5), soit entre la cinquième lombaire et la première vertèbre sacrée (sciatique L5-S1). La douleur de sciatique au niveau des fessiers peut s'intensifier en cas d'exposition à basse température. A contrario, l’application de chaleur pourra contribuer à soulager la douleur de sciatique.

Lorsque la sciatique est associée à des douleurs lombaires (douleurs au niveau des vertèbres lombaires), les spécialistes parlent alors de lombosciatique (association d’une sciatique et d’une lombalgie). Cette forme de sciatique est la plus commune et se manifeste par les symptômes suivants :

  • Une douleur dans le bas du dos, associée à des douleurs dans la jambe ; en fonction de la racine nerveuse atteinte. La douleur de sciatique dans la fesse irradie :
  • Si la racine L5 est touchée, la douleur sera localisée derrière la cuisse, sur le côté externe de la jambe, le dessus du pied et le gros orteil.
  • Si la racine S1 est touchée, la douleur sera située derrière la cuisse, au niveau du mollet, du talon, de la plante et du bord externe du pied ;
  • Une douleur amplifiée dans certaines positions, en cas de toux ou lors des efforts physiques
  • Des fourmillements, un engourdissement et une faiblesse musculaire pouvant survenir dans certaines zones de la jambe et du pied ;
  • Une jambe d’aspect normal (sans gonflement, de couleur normale).
  • Un soulagement ressenti le plus souvent en position allongée.
Ces symptômes de la lombosciatique ne sont pas toujours tous présents.

Parallèlement à la lombosciatique, d’autres formes cliniques de sciatique, plus rares mais plus graves, existent :

 Dans de rares cas, cette douleur de sciatique s’accompagne d’une perte de tonus dans la jambe et dans le pied qui peut être un signe avant-coureur de paralysie. L’évolution de la sciatique vers la sciatique paralysante est une urgence médicale qui nécessite une opération.

 La sciatique hyperalgique, impossible à calmer par les médicaments antalgiques classiquement prescrits ;

 La sciatique du syndrome de la queue de cheval, où la sciatique est associée avec une atteinte d’autres racines nerveuses à l’origine de troubles de la sensibilité de la jambe et du périnée, des troubles du contrôle sphinctérien (sphincter urinaire, sphincter anal), et des troubles moteurs des jambes (difficulté à la marche, diminution de la force musculaire).

Les causes de la sciatique

La sciatique n’est pas une maladie en soi. Elle est le signe que le nerf sciatique est irrité. La sciatique est une situation fréquente : elle concerne 5 à 10 % des patients ayant des douleurs du dos (dorsalgies) ou des douleurs lombaires (lombalgies).
En théorie, tout phénomène à l’origine d’une compression du nerf sciatique peut être à l’origine d’une sciatique. Cependant, dans plus de 85% des cas, la cause principale de la compression du nerf sciatique est la hernie discale (saillie anormale du noyau du disque intervertébral), et la cause primaire de la hernie discale lombaire est l’augmentation de pression intense et durable subie par les disques intervertébraux. Les disques intervertébraux sont les amortisseurs naturels, de nature « gélatineuse », situés entre les structures osseuses de la colonne lombaire, les vertèbres.
La sciatique est alors due à la compression mécanique du nerf sciatique par la hernie discale lombaire, entraînant l’inflammation de l’une des racines du nerf sciatique.

Ce phénomène est désigné par les spécialistes comme un conflit disco-radiculaire L4-L5 (si la hernie est située entre les vertèbres lombaires L4 et L5) ou L5-S1 (si la hernie est localisée entre les vertèbres lombaires L5 et les vertèbres sacrées S1).

Cependant, toutes les hernies discales ne provoquent pas de sciatique, en particulier si la hernie n’appuie pas sur le nerf sciatique qui passe à proximité.

D'autres causes, de nature compressive ou pas, beaucoup plus rares, peuvent être à l'origine de la sciatique, nous pouvons citer de façon non exhaustive :

Autres causes de sciatique avec compression du nerf sciatique :

  • L'arthrose des vertèbres lombaires est une autre cause fréquente de compression des racines du nerf sciatique à l'origine d'une sciatique. L'arthrose se caractérise par la formation d'éperons osseux (petites pointes osseuses) qui risquent de comprimer les racines nerveuses. Dans ce cas, ce n’est pas le disque intervertébral qui appuie sur le nerf sciatique mais directement la structure osseuse de la vertèbre (dite « en bec de perroquet »)
  • Canal lombaire étroit (sténose du canal vertébral). Un rétrécissement du canal (dans lequel sont insérés les nerfs) peut entraîner une compression des racines nerveuses dans la région des vertèbres lombaires, et une sciatique. Cela survient essentiellement chez des personnes âgées.
  • Traumatisme. Une chute, un accident de voiture ou toute autre situation qui entraîne un coup au dos peut causer un dommage aux racines nerveuses.
  • Des métastases qui feraient pression sur le nerf sciatique peuvent causer des maux de dos et, plus rarement, une sciatique.
  • Syndrome du piriforme. Il est causé par l’inflammation d’un muscle du bassin appelé muscle piriforme (il a la forme d’une poire) ou pyramidal. Si ce muscle est contracté et enflé, il peut exercer une pression sur le nerf sciatique et l’irriter. Les athlètes et les personnes qui s’entraînent de façon inadéquate en sont plus sujets.
  • Syndrome facettaire. Ce syndrome prend origine dans les facettes articulaires, de minces articulations situées au haut et au bas de chaque vertèbre. Une mauvaise posture ou un faux mouvement peut créer un léger désalignement de ces facettes. Des douleurs au dos et parfois une sciatique peuvent s’ensuivre.

 Enfin, chez la femme enceinte, la survenue de sciatique est fréquente à partir du 3ème mois à cause de l’augmentation du poids que la colonne vertébrale doit soutenir ainsi que du déplacement vers l’avant du centre de gravité (buste incliné vers l'avant) suite au développement du bébé. A cela il faut ajouter une sécrétion accrue des hormones de grossesse (oestrogène, progestérone) qui assouplissent les tissus. Cela induit une baisse de résistance des disques lombaires pouvant évoluer vers un pincement discal lors de la grossesse.

Autres causes de sciatique sans compression du nerf sciatique :

  • une inflammation du nerf sciatique sans compression, par exemple en lien avec de l’arthrite
  • une infection au niveau du rachis lombaire entrainant une inflammation au niveau du nerf sciatique

Après l’intervention, le patient est en principe capable se lever et d’effectuer des mouvements simples. Pendant les trois semaines qui suivent l’intervention, il est conseillé de limiter les activités : pas de séances de kinésithérapie ni de sport, le temps que la cicatrisation se fasse. La reprise d’activité peut être facilité par le port d’une ceinture gonflable AIR LOMBAIRE prescrite par le chirurgien.

Au bout d’un mois, après une nouvelle consultation médicale, le travail de renforcement musculaire peut commencer. C’est aussi le moment d’apprendre les gestes efficaces pour protéger le dos s’ils n’ont pas déjà été communiqués. La reprise du travail peut être envisagée un mois en moyenne après l’intervention chirurgicale pour les travailleurs sédentaires et deux mois pour les personnes ayant un travail physique.

Si la personne souffrait avant l’intervention de lombalgies qui n’étaient pas liées à la hernie, il est possible que des douleurs résiduelles persistent. "Il est important de prévenir les patients qu’ils peuvent conserver cette douleur", souligne le Dr Sébastien Charosky. En dehors de ce cas de figure, l’intervention ne laisse pas de séquelle particulière.

Comment traiter et soulager la sciatique d’origine compressive ?

Nous avons maintenant compris que dans l’immense majorité des crises de sciatique, l’origine de la douleur est d’abord mécanique : quelque chose appuie sur le nerf sciatique. Donc l’utilisation de produits anti-douleur ou anti-inflammatoires ne permet pas d’agir sur la cause de la sciatique. L’affaiblissement des amortisseurs naturels que sont les disques lombaires entraine leur débordement de l’axe vertébral vertical et ils appuient alors sur les racines du nerf sciatique, ce qui déclenche la douleur de sciatique dans les fessiers. Plus la pression sur le nerf sciatique est forte, plus la douleur va descendre loin dans la jambe. Parfois, la douleur n’est pas ressentie tout le long de la jambe mais seulement à certains niveaux du chemin du nerf sciatique, on parle alors de sciatique tronquée.

Pour soigner la sciatique, puisque l’origine de la douleur est d’abord d’origine mécanique, c’est aussi d’abord mécaniquement qu’elle devra être traitée pour soulager durablement. Plus précisément, comme la sciatique est liée à une compression du nerf sciatique, il faudra chercher à décompresser le nerf sciatique. Sachant que cette compression est due le plus souvent (au moins 85% des cas) au disque intervertébral, la question devient : comment permettre au disque lombaire de ne pas déborder pour ne pas appuyer sur le nerf sciatique ?

La réponse consiste à exercer une force d’étirement vertical sur la colonne de façon à redonner de l’espace vertical au disque écrasé entre deux vertèbres, afin qu’il retrouve sa position et son amplitude naturelle. C’est ce que propose traditionnellement le kinésithérapeute lors des exercices d’étirement lombaire.

Seulement, lorsque la structure musculaire et ligamenteuse qui soutient la colonne est insuffisamment développée, une aide est nécessaire pour maintenir cet effet de décompression verticale.

C’est toute la philosophie d’action de la nouvelle génération de ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE.

Les autres traitements de la sciatique

Le repos au lit prolongé est à éviter.

Les traitements médicamenteux

Votre médecin traitant peut vous prescrire :

  • des antalgiques des anti-inflammatoires non stéroïdiens actifs dans les inflammations aiguës comme la sciatique ; des myorelaxants en cas de contractures musculaires douloureuses.
  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens actifs dans les inflammations aiguës comme la sciatique ;
  • des myorelaxants en cas de contractures musculaires douloureuses.

Cependant, l'administration d'antalgiques ou d'anti-inflammatoires non stéroïdiens ne fait pas mieux que minorer momentanément les symptômes douloureux. Demandez conseil à votre pharmacien.

Les infiltrations

Si rien ne marche après deux ou trois semaines, on peut envisager des injections de cortisone autour du nerf sciatique pour réduire l’inflammation. « L’efficacité des infiltrations est discutée. L’injection est faite au plus près de la zone de compression. Le risque principal est celui de l’infection, mais il est très faible », précise le Dr Jean-Yves Maigne.

L'injection de corticoïdes dans le canal lombaire (infiltration épidurale) semble avoir un effet bénéfique même s'il reste controversé. La chiropratique et l’ostéopathie ne sont pas indiqués dans la crise de sciatique. En réalité, on risque surtout l’échec. « On peut essayer, mais les manipulations vertébrales marchent mal dans la sciatique, vraisemblablement parce qu’elles n’ont pas d’action sur l’irritation du nerf », répond le Dr Jean-Yves Maigne. Des massages peuvent soulager pendant la crise de sciatique, mais le kinésithérapeute ne fera pas de traitement curatif. « La douleur empêche une prise en charge active du patient », souligne Yvan Aubier, kinésithérapeute du programme Santé active de la Caisse primaire d’assurance-maladie de la Sarthe.

En revanche, la kiné sera très utile dans un deuxième temps, en prévention de la récidive : « Le traitement de la sciatique sera alors basé sur des exercices d’assouplissements, des étirements, de renforcement musculaire et de prise de conscience de la mobilité du bassin », précise Yvan Aubier. En cas de sciatique persistante, récidivante ou invalidante, la consultation d’un chirurgien deviendra indispensable.

Quel risque de sciatique récidivante ?

En l’absence de prise en charge de la cause à l’origine de la hernie (hernie discale dans 90% des cas), il est difficile de mesurer le risque de récidive. Moralité, il faut continuer à mener sa vie en essayant de renforcer son dos, grâce à l’activité physique.

Plan de page

Voir les produits

POUR La sciatique

CEINTURE AIR LOMBAIRE GONFLABLE

Prise en charge

Avis

Témoignages sciatique

OREILLER AIRFORME GONFLABLE

Avis

Témoignages sciatique

Les Avantages

MAL DE DOS SOLUTIONS

Résultats cliniques certifiés
80 000 personnes soulagées
Bénéfices
dès la première utilisation
Satisfait ou remboursé
30 jours
Fournisseur De l'Armée française

Toutes les commandes, expéditions et conseils téléphoniques continuent de fonctionner au mois d'Août 2019

Chez Mal De Dos Solutions, nous avons à cœur de vous offrir la meilleure expérience de recherche possible, tout en respectant vos choix. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies