Your browser does not support JavaScript!

SOULAGER LA HERNIE DISCALE CERVICALE

La hernie discale cervicale est une forme de hernie discale située au niveau des disques intervertébraux cervicaux. Plus précisément, elle concerne les sept vertèbres du rachis cervical (de C1 à C7), en haut de la colonne vertébrale. On distingue deux types de hernie cervicale.

La première est appelée « hernie discale cervicale molle ». Elle touche en général des sujets plutôt jeunes, entre 25 et 55 ans et son origine est généralement traumatique (sports à risque, coup du lapin par exemple). La seconde, dite « hernie discale cervicale dure » concerne plutôt les personnes au-delà de 55 ans dès lors qu’elle s’accompagne de lésions d’origine arthrosique.

Les espaces C5-C6 et C6-C7 sont les plus sujets à la dégénérescence ; on considère que plus de 90% des maladies hernie discales cervicales intéressent ces deux espaces.

Une minerve peut être prescrite chez les patients qui ne peuvent limiter leur activité, afin de restreindre la rotation cervicale et, de fait, les douleurs associées.

Le collier gonflable CERVICAL AIR contre la hernie discale cervicale

Vous vous demandez sans doute pourquoi le collier CERVICAL AIR auraient une telle efficacité pour soulager et les douleurs de hernie discale cervicale et éloigner la perspective d’une opération !
Nous expliquerons ci-après pourquoi, dans les hernies discales cervicales, l’origine de la douleur est d’abord mécanique : la vertèbre cervicale appuie sur les racines des nerfs.

Pour soigner la douleur de hernie cervicale, puisque l’origine de la douleur est mécanique, c’est aussi d’abord mécaniquement qu’elle devra être traitée. La question devient : comment faire pour que les vertèbres cervicales arrêtent de comprimer les racines nerveuses ?

C’est toute la philosophie d’action de la nouvelle génération de colliers gonflables CERVICAL AIR : faire levier sur la clavicule au moment du gonflage pour transférer le poids de la tête sur les épaules sans solliciter les cervicales.

LES MÉCANISMES D’ACTION DU COLLIER CERVICAL AIR

1 / Effet de décompression sur le disque intervertébral par étirement vertical de la colonne cervicale
Le premier bénéfice ressenti par les utilisateurs des colliers CERVICAL AIR est l’effet anti-douleurs naturel, mécanique, rapide et modulable.
Une fois le collier en place, au moment du gonflage, le collier CERVICAL AIR provoque un léger étirement de la colonne cervicale, en faisant levier sur la clavicule. Il transfère ainsi le poids de la tête sur les épaules sans solliciter les cervicales basses.
En outre, en augmentant l'espace intervertébral, CERVICAL AIR permet de réduire la pression exercée sur les disques et donc soulage mécaniquement et immédiatement, les douleurs cervicales dont l’origine était liée à une compression du disque, sans effet secondaire.
L’intensité de l’effet anti-douleur est ajustée par l’utilisateur en fonction de son besoin, en gonflant plus ou moins le collier CERVICAL AIR. Ce mode d’action est particulièrement pertinent en cas de névralgie cervico brachiale, complication la plus fréquente de l’arthrose cervicale.
Enfin, comme les deux coussins gonflables sont indépendants, l’étirement vertical peut être accentué ou diminué selon le côté du cou à traiter.
CERVICAL AIR est le seul dispositif permettant de répondre à cette contrainte de latéralisation dans l’arthrose cervicale et sa complication la plus fréquente, la névralgie cervico brachiale.
2 / Effet d’alignement vertical des cervicales
Par la solidarisation de la partie arrière et avant du cou, le collier CERVICAL AIR, contribue à réaligner la colonne cervicale en cas problèmes d’alignement. Ainsi, les parties osseuses des vertèbres désalignées, qui appuyaient sur les racines nerveuses, cessent de déclencher ce stimulus douloureux.
3 / Effet d’hydratation des disques cervicaux
L’étirement vertical de la colonne cervicale provoqué par le port du collier CERVICAL AIR, en association avec une bonne hydratation, va contribuer à mieux maintenir l’hydratation les disques intervertébraux. En hydratant davantage le disque, celui-ci récupère davantage sa fonctionnalité d’amortisseur lors d’une exposition à une augmentation de pression.
4 / Effet d'absorption des vibrations au niveau des vertèbres cervicales
Par le gonflage du collier CERVICAL AIR, on déclenche l’absorption des vibrations auxquelles la personne est exposée, comme un pneumatique absorbe les vibrations sur la route. Cet effet sera pertinent si la personne atteinte d’arthrose cervicale est soumise à des vibrations intenses et récurrentes (arthrose cervicale du conducteur de moto, du jardinier ou du bricoleur...).
Pour information, les ceintures gonflables AIR LOMBAIRE sont d'ailleurs utilisées par le personnel de pont du porte-avion Charles de Gaulle et les pilotes d'hélicoptère de l'Armée Française pour leurs propriétés anti-vibration, depuis 2010.
5 / Effet myorelaxant et nutritif de la chaleur au niveau cervical
Grâce aux propriétés isolantes de la partie gonflable, le collier CERVICAL AIR maintient la juste chaleur dans la région cervicale. Cette chaleur produit :

 Une vasodilatation locale : l’augmentation du débit sanguin induite par CERVICAL AIR apporte des nutriments et de l’oxygène aux différentes cellules des vertèbres, des disques cervicaux, des muscles et des ligaments. La bonne nutrition des cellules facilite la régénérescence cellulaire et retarde la dégénérescence impliquée dans l’évolution de l’arthrose cervicale (déséquilibre entre dégénérescence et régénérescence).

 Une prévention des contractures de muscles ou ligaments qui soutiennent les cervicales, c’est l’effet myorelaxant sans médicament.

Prévenir l’opération de hernie discale cervicale : Soulager, Bouger, Vivre

Prévenir la récidive de cervicalgie

Quand on a déjà expérimenté une crise de cervicalgie par hernie discale, il est fortement conseillé de pratiquer la kinésithérapie, afin de prévenir les récidives. Le kinésithérapeute peut prescrire des exercices adaptés d'étirement et de musculation, ainsi qu'apprendre à avoir une hygiène des mouvements et des postures en fonction de l’activité ou du métier exercé. Le travail devant un ordinateur nécessite par exemple une excellente ergonomie afin de ne pas trop solliciter la zone du cou.
Selon la Société française de rhumatologie, "l'activité sportive doit être pratiquée avec modération et progressivement, en s'adaptant aux performances actuelles du pratiquant. Il faut en particulier faire attention au cas où l'on souhaite reprendre un sport après une longue période d'arrêt". Elle recommande également de prendre des mesures de précaution : préparation musculaire, choix de l'activité en fonction de la localisation de la douleur...
Plus globalement, il faut faire attention à diminuer les contraintes exercées sur le cartilage du cou : porter des charges lourdes, bien choisir sa position quand on dort, quand on regarde un écran etc

Au-delà de la phase de soulagement immédiat de la douleur cervicale, les effets vont durer dans le temps à mesure que le collier CERVICAL AIR vous accompagne dans votre reprise d’activité. En le portant autant que de besoin, vous permettrez au collier CERVICAL AIR de tenir sa triple promesse :

  • Soulager immédiatement
  • Bouger naturellement
  • Vivre normalement
En résumé, le collier CERVICAL AIR permettent de soulager la douleur de hernie discale cervicale et de prévenir l’évolution de la maladie tout en vous permettant de poursuivre vos activités quotidiennes. Il pourra avantageusement être associé à l’utilisation d’un oreiller AIR FORME, oreiller ergonomique à mousse à mémoire de forme sur coussin d’air.

Alors n’attendez plus pour être SOULAGÉ, BOUGER, VIVRE, essayez CERVICAL AIR et AIR FORME !

A noter : à réception du produit, vous avez 30 jours pour tester le collier. Si le collier est efficace, le soulagement est immédiat et la prise en charge garantie sur prescription. Si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous (moins de 1% des cas), votre argent vous est intégralement restitué.

Comprendre la douleur de hernie discale cervicale

La colonne vertébrale cervicale (ou rachis cervical) est constituée de 7 vertèbres empilées et séparées par des disques, sauf entre la 1ère et la 2ème vertèbre cervicale (C1 et C2). Chaque vertèbre cervicale présente dans sa partie postérieure un « trou », ou canal rachidien, au sein duquel sont protégées les structures nerveuses, la moelle épinière.

En effet, la moelle épinière concentre toutes les fibres nerveuses qui transmettent les ordres voulus ou non du cerveau aux différentes parties de notre corps. A chaque étage, une racine nerveuse (nerf rachidien) se détache de la moelle épinière à droite et à gauche et quitte le canal par des ouvertures (trous de conjugaisons ou foramens) situées latéralement à hauteur des disques intervertébraux.

Le disque intervertébral cervical

Le disque intervertébral normal est une structure aplatie, cylindrique unissant les deux vertèbres et jouant un rôle d’amortisseur. Il est composé d’un noyau central gélatineux (nucleus) et d’un anneau périphérique fibreux (annulus). La détérioration discale se caractérise par des déchirures ou fissurations de l’anneau fibreux. Les causes en sont la déshydratation due au vieillissement, les microtraumatismes dus aux contraintes de mobilité (et les vibrations) et parfois aussi les traumatismes comme par exemple les entorses cervicales

Le disque cervical est un élément essentiel de cette structure complexe, il assure les mouvements de notre colonne vertébrale, en flexion/extension (penché en avant ou vers l’arrière), en torsion (rotation) et en inclinaison latérale. Il a aussi un rôle d’amortisseur en cas de choc ou d’hyperpression entre deux vertèbres, permettant une répartition harmonieuse des contraintes.

Avec les années, il devient moins souple, se déshydrate et se fissure au niveau de son annulus. Des efforts physiques répétés, au travail ou pendant une activité sportive, peuvent accélérer son vieillissement.

Une fois pathologique, le disque s’écrase, et perd son rôle d’amortisseur, commence alors la discopathie et les douleurs cervicales (ou cervicalgie, crée par une hyperpression intra discale et son dysfonctionnement).

En effet, le nucléus peut alors migrer au sein de l’annulus et entrainer des cervicalgies aigues ou chroniques. Au maximum, le nucléus peut faire saillie dans le canal rachidien et former alors une hernie discale cervicale, dont le volume intra canalaire est très variable. Elle peut rompre le ligament commun vertébral postérieur et s’exclure dans le canal rachidien cervical.

Deux types de hernie discale cervicale

On distingue 2 types de hernie discale cervicale :

La hernie discale cervicale molle, du sujet jeune, souvent suite à un traumatisme du rachis cervical dans 70% des cas (Accident de la voie publique, « le coup du lapin », accident sportif). Ces lésions sont aggravées par des microtraumatismes répétés (par exemple liés aux vibrations), et le port de charges lourdes.

L’évolution se fait en trois temps :

  • d’abord une phase de cervicalgie,
  • puis une phase de névralgie cervico-brachiale (douleur du cou et dans le bras),
  • puis de douleur dans le bras sur un trajet typique associé ou non à un déficit neurologique.

La hernie discale dure, du sujet âgé, associe des lésions d’origine discale (la discopathie) et d’origine arthrosique au niveau des articulaires postérieures, ce qui entraine une fermeture concentrique de l'orifice par lequel le nerf sort du canal (Canal cervical étroit). On retrouve à l’interrogatoire un long passé de cervicalgie, avec ou sans de névralgie cervico-brachiale (douleur dans le bras), et des signes de myélopathie cervico-arthrosique.

Diagnostic et symptômes

La plupart des hernies discales cervicales provoquent une limitation douloureuse des mouvements de la tête. Les douleurs dans le cou sont décrites par le patient. Au-delà, les douleurs peuvent être invalidantes, insomniantes, avec un impact fonctionnel important.

La radiculopathie correspond à une atteinte d’une racine entre C5 et C7. La douleur est latéralisée (droite ou gauche) et intéresse l’épaule ainsi que le membre supérieur ipsilatéral. Des paresthésies et une hypoesthésie dans le territoire distal de la racine concernée sont à rechercher. Le tableau ci-après décrit les trajets douloureux, les réflexes ostéo-tendineux (ROT) et les muscles de référence dépendant des racines cervicales.

Une compression médullaire secondaire à une hernie discale cervicale peut être présente ; les manifestations cliniques sont variables et la situation peut évoluer rapidement vers la paralysie et les troubles sphinctériens. La douleur centrale est rapportée comme sourde, brûlante, profonde et diffuse, impliquant les membres supérieurs ou le cou. En cas de compression médullaire, les premiers symptômes consistent en des troubles de l’initiation de la miction, pouvant évoluer vers le globe urinaire puis, lors des stades tardifs, l’incontinence fécale et l’atonie sphinctérienne globale.

Le tableau ci-après présente les signes et les symptômes de la myélopathie.

Les complications de la hernie discale cervicale

La névralgie cervico-brachiale

En regard de chaque disque cervical, une racine nerveuse quitte la moelle et le canal rachidien par le foramen (trou). Une hernie discale cervicale peut alors coincer un nerf à ce niveau et entrainer une douleur dans le bras, la névralgie cervico-brachiale, ou syndrome radiculaire (NCB). Chaque trajet douloureux dans l’épaule, le bras et la main oriente dès le départ vers une racine bien définie et l'étage de la hernie discale cervicale.

A cette cause mécanique (par compression du nerf), la hernie discale cervicale entraine une inflammation et une irritation du nerf, provoquant elles aussi une névralgie cervico-brachiale.

La névralgie cervico brachiale présente des caractéristiques communes, c’est une douleur intense, unilatérale, irradiant par exemple vers l'omoplate, le sein, le crâne ou le bras majorée par tout effort augmentant la pression abdominale (défécation, toux, éternuement).

Les paresthésies et les dysesthésies

L’intensité de cette douleur est très variable selon les individus, elle peut s’accompagner de paresthésies (sensation de picotement, de décharge électrique ou de fourmillements dans les mains) ou de dysesthésies du membre supérieur (zone cutanée douloureuse au toucher). Parfois seules les paresthésies ou les dysesthésies sont présentes, passant le plus souvent inaperçu ou passager. Un avis médical sera nécessaire pour confirmer le diagnostic.

La paralysie

Parfois vous n’arrivez plus bien à bouger certaines parties de votre corps pouvant entrainer une chute (sensation de lâchage d’objet de la main, diminution de force dans les mains…), on parle alors de paralysie partielle ou complète. En cas de paralysie, la pression exercée par la hernie discale sur le nerf peut entrainer des lésions irréversibles, et la paralysie comme séquelle définitive. Il s’agit donc d’une urgence chirurgicale.

La myélopathie cervico-arthrosique

Une hernie discale centrale peut aussi comprimer les racines nerveuses à destinée des 2 membres inférieurs, cela peut provoquer des problèmes pour marcher, des troubles urinaires, une maladresse des mains, sensation de diminution de la force des mains. On parle alors de myélopathie cervico-arthrosique (voire le chapitre canal cervical étroit), aux lésions irréversibles fréquentes et très invalidantes. Il s’agit donc là aussi d’une urgence chirurgicale.

L’évolution de la hernie discale cervicale

En dehors des situations d’urgence neuro-chirurgicale (paralysie musculaire, anesthésie), le traitement médical, c’est-à-dire non chirurgical, est de règle.

Evolution de la hernie discale cervicale

Plus de 90% des patients présentant une radiculalgie secondaire à une hernie discale cervicale voient leurs symptômes s’amender sans chirurgie à moyen terme ; une antalgie et un traitement anti-inflammatoire adapté ou des corticostéroïdes sont donc le traitement de premier choix.

L’indication chirurgicale est posée lorsqu’il n’y a pas de réponse au traitement conservateur dans un délai de six à huit mois ou lorsqu’un déficit neurologique progressif se présente. La myélopathie cervicale symptomatique, corrélée au rétrécissement canalaire radiologique, pose l’indication chirurgicale lorsqu’elle est avancée.

Comment traiter la hernie discale cervicale ?

Le traitement médical

Le traitement médical initial permet de guérir plus de 90% des épisodes douloureux, si celui-ci est bien respecté.

Il est donc débuté de manière systématique en cas de douleur radiculaire typique, non compliquée (forme paralysante ou de myélopathie), par votre médecin traitant. Il associe une prescription médicamenteuse durant une période de 4 à 6 semaines (antalgique, AINS, décontracturant musculaire, voire des corticoïdes par voie orale) à du repos (15 jours au minimum). On peut y associer un collier cervical en cas de notion de traumatisme, ou de forme très douloureuse (surtout quand les mouvements du cou majorent la douleur).

On retrouve une résorption spontanée de la hernie discale cervicale en 6 à 12 mois le plus souvent. Le traitement médical permet d’attendre sans trop souffrir que la situation s’améliore.

En cas d’échec de ce traitement, un geste d’infiltration cervicale de corticoïdes pourra être réalisé sous contrôle radiographique ou Scanner par un radiologue averti.

Une fois la crise douloureuse passée, il faut :

  • Se remuscler les muscles du rachis cervical,
  • Perdre du poids en cas de kilos en trop,
  • Suivre des cours d’école du dos afin d’éviter toute nouvelle crise.
  • Attendre la résorption spontanée de la hernie discale.

En cas de persistance des douleurs, d’une gêne professionnelle, quotidienne ou sportive, votre médecin vous adressera à un chirurgien spécialisé dans la pathologie rachidienne pour avis.

Le traitement médical

Le traitement chirurgical sera proposé aux patients dont le traitement médical prolongé s’est avéré un échec ou de première intention, en urgence en cas de situations à risque de lésion neurologique irréversible.

Ces situations à risque sont :

  • La présence d’un déficit neurologique moteur (la paralysie), on parle alors de radiculalgie paralysante.
  • La présence de troubles sphinctériens (le syndrome de la queue de cheval), perte d’urine ou de selles, constipation opiniâtre récente, impuissance, rétention d’urine avec effort de poussée,…
  • La radiculalgie hyperalgique avec impossibilité de se lever, de marcher, soulagée ou non uniquement par un traitement morphinique.
  • De myélopathie cervico-arthrosique évoluée.

La chirurgie (Opération de hernie discale cervicale) consiste dans l’ablation de la hernie discale, libérant la racine nerveuse et vous soulageant ainsi de la douleur dans le bras. Ce but est obtenu dans 85% des cas.

Il reste donc 15% environ de résultats non satisfaisant pour le patient : racine nerveuse abimée par la compression prolongée (la radiculopathie), l’existence de pathologies cervicales associées (canal cervical étroit, hernies discales sur plusieurs niveaux, ...).

La chirurgie ne permet pas une réparation du disque (les lésions discales sont irréversibles), ainsi, la douleur du cou n’est soulagée que partiellement, ou pas du tout par l’intervention.

La chirurgie permet une récupération partielle à totale des déficits neurologique moteur ou sensitif, variable selon la durée d’évolution des déficits et de l’atteinte intrinsèque de la racine nerveuse. Cette récupération est d’autant plus importante que l’intervention est proche de l’apparition des troubles neurologique, et plus aléatoire, en cas de durée d’évolution prolongée du déficit (quelques jours suffisent pour abîmer sérieusement une racine nerveuse).

Il existe deux techniques possibles pour retirer cette hernie discale :

  • Soit par voie antérieure en trans-discale, par une petite incision dans le cou, technique la plus utilisée en cas d’intervention du rachis cervical. Elle nécessite de réaliser une arthrodèse afin de bloquer l'étage malade et de restaurer la hauteur discale. Arthrodèse cervicale antérieure : utilisation d'une cage intersomatique (matériel bio-intégrable) rempli soit d'os synthétique, soit d'une greffe osseuse prélevée sur le bassin.
  • Soit par voie postérieure, peu utilisée en chirurgie courante. Le traitement chirurgical nécessite une hospitalisation courte, et une immobilisation temporaire par un collier cervical durant 1 mois. La rééducation pourra alors débuter pour récupérer une mobilité cervicale. On peut, dans certains cas, remplacer le disque malade par une prothèse totale de disque, permettant ainsi de conserver une mobilité à ce niveau.

Plan de page

Voir les produits

pour l'Hernie Discale Cervicale

Collier Cervical AIR

Pris en charge

Avis

Témoignages Hernie Discale Cervicale

Oreiller AIRFORME GONFLABLE

Avis

Témoignages Hernie Discale Cervicale

Les Avantages

MAL DE DOS SOLUTIONS

Résultats cliniques certifiés
80 000 personnes soulagées
Bénéfices
dès la première utilisation
Satisfait ou remboursé
30 jours
Fournisseur De l'Armée française

Chez Mal De Dos Solutions, nous avons à cœur de vous offrir la meilleure expérience de recherche possible, tout en respectant vos choix. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies