Your browser does not support JavaScript!

LA CHIRURGIE DE LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

D’après la société française de chirurgie rachidienne, la hernie discale lombaire ne nécessite une opération chirurgicale que dans 20% des cas.

Vous vous demandez sans doute pourquoi la ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE aurait un intérêt dans ce cadre de prise en charge des hernies discales lombaires !

En fait, dans toutes les hernies discales lombaires, l’origine de la douleur est d’abord mécanique : la hernie appuie sur la ou les racines nerveuses et génère douleur puis inflammation.

Pour soigner la douleur, il faudra donc chercher à décompresser les nerfs, et ultimement résorber la hernie. C’est toute la philosophie d’action de la nouvelle génération de ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE.

La ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE pour soulager et traiter la hernie discale lombaire

Le premier bénéfice ressenti par les utilisateurs des ceintures lombaires AIR LOMBAIRE en cas de hernie discale est l’effet anti-douleurs naturel, rapide et modulable, sans effets secondaires.

LES MÉCANISMES D’ACTION DE LA CEINTURE AIR LOMBAIRE

1 / Effet de décompression sur le nerf sciatique ou crural par étirement vertical de la colonne vertébrale lombaire
Par le gonflage, la ceinture AIR LOMBAIRE provoque un léger étirement lombaire de la colonne vertébrale. Ainsi, en augmentant l'espace intervertébral, elle permet de réduire la pression exercée sur les disques lombaires et donc soulage mécaniquement et immédiatement, les douleurs lombaires dont l’origine était liée à une compression des radicules, sans effet secondaire. L’intensité de l’effet anti-douleur est ajustée par l’utilisateur en fonction de son besoin, en gonflant plus ou moins la ceinture AIR LOMBAIRE. Cet effet sera absolument primordial pour expliquer l’efficacité des ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE dans les cas de hernie discale L4L5 ou L5S1.
Nota bene : cet effet d’étirement peut permettre de résorber partiellement ou totalement la hernie discale lombaire, et donc peut justifier un essai avant de confirmer l’opération.
2 / Effet d’hydratation des disques lombaires entre les vertèbres lombaires
L’étirement vertical de la colonne lombaire provoqué par le port de la ceinture AIR LOMBAIRE, en association avec une bonne hydratation, va contribuer à mieux maintenir l’hydratation des disques intervertébraux. En hydratant davantage le disque, celui-ci récupère davantage sa fonctionnalité d’amortisseur lors d’une exposition à une augmentation de pression liée à la reprise d’activité. Cet effet sera intéressant en cas de hernie discale associée à une discopathie dégénérative.
3 / Effet d'absorption des vibrations au niveau de la colonne lombaire
Par le gonflage du pneumatique, situé uniquement en partie dorsale, la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE absorbe les vibrations auxquelles la personne est exposée, comme un pneumatique absorbe les vibrations sur la route. Les ceintures lombaire AIR LOMBAIRE sont d'ailleurs utilisées par le personnel de pont du porte-avion Charles de Gaulle et les pilotes d'hélicoptère de l'Armée Française pour leurs propriétés anti-vibration, depuis 2010. Cet effet sera pertinent si la personne atteinte de hernie discale lombaire est soumise à des vibrations intenses et récurrentes (conducteur de voiture de moto, de tracteur, d’hélicoptère ou d’avion, du pilote d’engins de chantiers, ouvrier du BTP...).
4 / Effet myorelaxant et nutritif de la chaleur au niveau des muscles lombaires
Par le maintien de la juste chaleur dans la région lombaire, grâce aux propriétés isolantes de la partie gonflable, la ceinture gonflable AIR LOMBAIRE contribue à la vasodilatation locale et au relâchement des muscles. La chaleur améliore l’apport des nutriments et de l’oxygène dont les disques et les muscles ont besoin pour guérir et rester en bonne santé. Ainsi, la finition chauffante de la ceinture AIR LOMBAIRE, avec un textile intelligent breveté dénommé Calortex™, peut être avantageusement utilisée en cas de hernie discale lombaire avec arthrose lombaire. En été, on préfèrera la finition anti-transpirante qui permet une thermo-régulation (garde le froid quand il fait chaud et garde le chaud quand il fait froid) sans transpiration grâce au tissu Outlast™ développé pour la NASA.
5 / Effet d’alignement de la colonne lombaire en cas de hernie aggravée par l’arthrose
Par la solidarisation de la partie lombaire avec la ceinture abdominale naturelle, la ceinture AIR LOMBAIRE, contribue à réaligner la colonne lombaire en cas problèmes d’alignement, comme dans le cas de bec de perroquet arthrosiques associés à la hernie discale lombaire. La ceinture AIR LOMBAIRE diminue la lordose lombaire. Comme la ceinture AIR LOMBAIRE est non élastique en partie ventrale, et de faible hauteur, elle autorise l'ensemble des mouvements habituels sans comprimer le ventre, et sans gêne. En outre, elle est munie d’un système anti-glisse pour rester parfaitement en place lors du passage en position assise.
6 / Effet anti-spasmodique, la nuit, par massage des muscles lombaires
La hernie discale lombaire est parfois « insomniante » : ses douleurs vous réveillent la nuit et peuvent vous empêcher de dormir. A chaque mouvement du dos contre le matelas, la pression exercée sur la chambre pneumatique en partie lombaire fait circuler l’air dans la ceinture. Cette circulation reproduit les palpations du kinésithérapeute lors de massage et induit un relâchement des muscles lombaires. Cette action prévient ainsi les spasmes musculaires la nuit (c’est à dire les contractions intempestives en coup de poignard). Elle est particulièrement appréciée par les personnes atteintes de hernie discale lombaire qui souffrent aussi la nuit.

Soulager la hernie discale lombaire, Bouger Naturellement, Vivre Normalement sans peur de la récidive

Au-delà de la phase de soulagement immédiat de la douleur de hernie discale lombaire, ces effets vont durer dans le temps à mesure que la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE vous accompagne dans votre reprise d’activité. Il ne s’agit donc pas de l’abandonner trop tôt et de prendre le risque d’une nouvelle crise de sciatique ou de cruralgie.

Peut-être pensez-vous ou avez-vous entendu dire que les ceintures lombaires, c’est mauvais pour les muscles physiologiques. Dans ce cas, vous pensez surement qu’il faut porter au minimum votre ceinture lombaire et la remiser au placard le plus vite possible. C’est en effet un des reproches classiques fait aux ceintures élastiques traditionnelles, avec plus ou moins de fondement scientifique.

Une chose est sûre, avec la ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE, qui n’est pas élastique, vous n’avez aucun risque de fonte musculaire ; au contraire, il a été constaté que les patients portant durablement la ceinture AIR LOMBAIRE regagnent du muscle, et la raison est simple à comprendre. En fait, la ceinture n’a pas de propriété intrinsèque sur la musculation, mais parce qu’avec la ceinture AIR LOMBAIRE, la douleur est efficacement combattue, les utilisateurs reprennent leurs activités sans faire de mouvements de compensation et alors, ils reconstituent et développent leur masse musculaire. Vous êtes le moteur de votre développement musculaire, mais parce qu’avec AIR LOMBAIRE, vous n’avez pas de douleur et pas peur de vous faire mal, alors AIR LOMBAIRE contribue au redéploiement de votre masse musculaire !

En résumé, la ceinture gonflable AIR LOMBAIRE permet soulager la hernie discale et de prévenir l’évolution vers l’opération, tout en poursuivant vos activités quotidiennes.

A noter : à réception du produit, vous avez 30 jours pour tester la ceinture. Si la ceinture est efficace, le soulagement est immédiat et la prise en charge garantie sur prescription. Si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous (moins de 1% des cas), votre argent vous est intégralement restitué.

Les traitements chirurgicaux de la hernie discale lombaire

En cas d'échec du traitement conservateur, et passé un délai de 4 à 6 semaines, il est nécessaire de consulter un chirurgien spécialisé dans la pathologie rachidienne. Le traitement chirurgical est en principe utilisé en dernier recours, sauf en cas de déficit neurologique significatif ou d'un syndrome de la queue de cheval qui sont des urgences chirurgicales.

Les techniques chirurgicales sont nombreuses mais vient à réduire la pression qu’exerce le disque intervertébral sur les racines nerveuses. Ce but est obtenu dans 85% des cas environ. Il reste donc 15% environ de résultats non satisfaisant pour le patient : racine nerveuse abimée par la compression prolongée (la radiculopathie), l’existence de pathologies lombaires associées (canal lombaire étroit, hernies discales sur plusieurs niveaux, ...).

Concernant les techniques opératoires les plus utilisées, on peut citer la discectomie, la laminectomie, la fusion lombaire ou arthrodèse (en cas de hernie lombaire répétée), la stabilisation dynamique, le remplacement artificiel de disque.

La discectomie

La discectomie consiste à faire l’ablation complète ou partielle du disque intervertébral. En fait, la hernie discale est enlevée en premier, et les fragments à l'intérieur du disque sont enlevés ensuite. Il reste en place le pourtour du disque ou partie externe de l'annulus fibreux, et une partie de la substance discale. Celle-ci peut faire la récidive d'une hernie discale, heureusement très exceptionnellement. Pour la discectomie lombaire, le patient est placé en génuflexion grâce à une chaise spéciale en forme de Z. La méthode classique consiste à pratiquer au niveau de la vertèbre atteinte une incision de d’environ 5 cm, de décoller le muscle de la vertèbre, de retirer la hernie et parfois un petit bout de disque. La technique mini-invasive, de plus en plus utilisée, reproduit les mêmes gestes (à la différence près que le muscle n'est pas réellement décollé de la colonne, mais simplement écarté), avec des incisions plus petites (1 à 3 cm), sous microscope chirurgical (micro-discectomie) ou un endoscope (micro-discectomie sous endoscopie). Parfois, une arthrodèse est nécessaire en plus de la discectomie.

La laminectomie ou libération médullaire

Cette technique est utilisée en cas de compression de la moelle épinière au niveau cervical ou thoracique (Canal cervical étroit, hernie discale thoracique, pathologie tumorale ou traumatique,...) ou du sac dural au niveau lombaire (Canal lombaire étroit (Sténose lombaire), Hernie Discale Lombaire volumineuse, pathologie tumorale ou traumatique...).

La laminectomie consiste à la résection de l'arc postérieur d'une vertèbre pour alléger la pression sur les nerfs de la colonne et la moelle épinière causée par une lésion ou par l'apparition d'une hernie discale, d'une sténose spinale ou d'une tumeur.

L'intervention est effectuée grâce à une incision dans la zone lombaire par laquelle le chirurgien extrait la « lame », l'arc osseux dans la partie postérieure de la vertèbre qui compresse le nerf. Il est aussi possible d'extraire des éperons osseux et d'une partie ou de la totalité du disque intervertébral.

L'intervention peut être effectuée avec anesthésie générale ou spinale et durée entre une et trois heures. Les patients doivent rester à l'hôpital trois jours après l'intervention.

La fusion lombaire ou arthrodèse lombaire

L’arthrodèse lombaire est une intervention chirurgicale qui a pour objectif de bloquer définitivement une ou plusieurs des articulations intervertébrales de la colonne lombaire.

L’idée de base est de fusionner les vertèbres douloureuses, afin qu’elles guérissent comme un os unique et solide. C’est essentiellement un processus de « soudure ». En "soudant" les vertèbres, l’arthrodèse intervertébrale empêche les conflits articulaires douloureux, évite également l’étirement des nerfs, des muscles et des ligaments environnants. Toutefois elle supprime une part de la souplesse la colonne vertébrale, pouvant ajouter aux contraintes mécaniques exercées sur les segments rachidiens adjacents.

La colonne lombaire comporte 5 vertèbres, chaque vertèbre lombaire est unie avec son homologue supérieure et inférieure (avec la douzième vertèbre thoracique en haut pour la première vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée en bas en ce qui concerne la cinquième vertèbre lombaire) par trois articulations :

  • l’articulation antérieure médiane entre les corps vertébraux qui sont séparés par le disque intervertébral
  • deux articulations postérieures (une de chaque côté de la ligne médiane) entre les apophyses articulaires.

L’empilement des cinq vertèbres lombaires forme le canal rachidien lombaire qui contient la portion terminale de la moelle épinière (au-dessus du disque entre la première et la deuxième vertèbre lombaire) et la queue de cheval en dessous, constituée des nerfs sensitifs et moteurs destinés aux membres inférieurs, à la vessie au rectum et aux organes génitaux.

Il n’y a pas de technique chirurgicale univoque, aucune ne s’est imposée. Il pratiquement toujours nécessaire d’utiliser un matériel métallique (ostéosynthèse) pour immobiliser les vertèbres pendant que s’effectue la fusion entre les vertèbres que l’on veut bloquer. Ce matériel comporte le plus souvent :

 des vis fixées dans les corps vertébraux soit directement lorsque l’intervention est réalisée par voie antérieure, soit à travers la structure osseuse (pédicule) qui unit les articulaires postérieures au corps vertébral quand l’intervention est réalisée par voie postérieure. Ces vis sont placées dans chacune des vertèbres que l’on veut souder.

 un système d’union : plaques ou tiges métalliques solidement solidarisées aux vis

La fusion entre les vertèbres peut survenir dès que l’espace intervertébral est immobilisé par l’ostéosynthèse, mais celle-ci est plus rapide et de meilleure qualité quand on utilise une greffe associée à l’ostéosynthèse ; la meilleure greffe est celle qui est prélevée sur vous-même, par la même incision ou par une autre incision (ceci peut avoir des inconvénients) on peut aussi utiliser des substituts osseux d’origine animale parfaitement contrôlés et sécurisés ou des produits fournis par l’industrie biomédicale.

La greffe peut être placée en arrière des vertèbres (sur les articulations postérieures) ou entre les vertèbres à la place du disque intervertébral. Certaines techniques comportent des implants entre les corps vertébraux (cages) pour reconstituer les hauteurs du disque et donner au greffon placé entre les vertèbres un meilleure tenue mécanique ces cages sont soit métalliques, soit en produit composite à base de carbone soit en polymères biorésorbables.

L’intervention peut être réalisée par voie antérieure ou par voie postérieure qui ont toutes deux leurs avantages et leurs inconvénients. Elle se déroule sous anesthésie générale. Selon la dernière recommandation de la Haute Autorité de Santé datant de 2015, les résultats de l’arthrodèse :

  • Ne sont pas supérieurs à la prise en charge non chirurgicale incluant rééducation intensive et thérapie cognitive sur la récupération de la fonction et la douleur ;
  • Sont supérieurs à la prise en charge non chirurgicale n’incluant pas de rééducation intensive.

La stabilisation lombaire dynamique ou non-fusion lombaire

L’opération consiste à limiter les mouvements de ces vertèbres abimées, le mouvement étant à l’origine de douleurs, à l’aide de « ressorts », qui servent de frein au mouvement, et de vis implantées dans les vertèbres.

L’intervention se passe sous anesthésie générale. Elle dure environ 3 heures. L’incision se fait dans le dos, le long de la colonne vertébrale. La taille de la cicatrice dépend de la zone à bloquer. La peau est refermée avec du fil ou des agrafes qui sont retirés vers le 15° jour. Pour éviter la survenue d’un hématome, on pose un drain qui reste en place en général 3 jours. Le premier lever se fait le lendemain de l’intervention, selon votre état général. La reprise de la marche est progressive, sous la supervision de l’équipe de kinésithérapeutes. En quelques jours vous retrouvez votre autonomie. La durée d’hospitalisation varie de 7 à 10 jours, en fonction de votre capacité à retrouver de l’autonomie et en fonction de vos douleurs.

Pendant 45 jours, la seule kiné à pratiquer est la marche afin de réactiver les muscles du dos et des jambes. Les efforts sont à éviter. Les ports de charges lourdes (dès 4-5 kg) sont à contre indiquer formellement pendant 3 mois. La première consultation de contrôle a lieu au 3° mois pour juger de vos progrès.

La kiné débute vers le 45° jour, d’abord par des massages doux puis des étirements et enfin de la re-musculation. Elle est progressive et doit être indolore. A partir du 3° mois vous pouvez commencer des activités de piscine, vélo d’appartement ou footing. L’élargissement à des activités de randonnée en montagne ou de vélo en plein air se fera selon vos capacités et vos progrès.

L’arrêt de travail est de 3 mois en moyenne.

Selon la recommandation de la Haute Autorité de Santé datant de 2015, les systèmes de stabilisation dynamique et les dispositifs interépineux ne sont pas recommandés dans le cadre de la lombalgie chronique dégénérative.

La prothèse discale

Son objectif est d’enlever le disque malade tout en préservant les mobilités entre les deux vertèbres. Elle se déroule sous anesthésie générale, le chirurgien accède à la colonne vertébrale par une incision sur la partie basse de l’abdomen au milieu ou sur le côté, soit en passant à travers les viscères (voie trans-péritonéale) soit à côté d’eux (voie rétropéritonéale). La durée de l’intervention est de deux heures environ. La longueur de l’incision dépend de l’emplacement des vertèbres à opérer.

Une seule prothèse peut être posée par malade. Si plusieurs disques sont pathologiques, il faut avoir recours à des montages mixtes (prothèse +arthrodèse). Compte tenu du volume de l’implant, la mise en place d’une prothèse discale ne peut se faire que par abord antérieur :

Pour l’étage L5-S1, deux voies sont possibles, trans-péritonéale ou préférentiellement rétro-péritonéale. Il faut repérer de proche en proche les vaisseaux épigastriques, le nerf abdomino-péritonéal posé sur le psoas, les vaisseaux iliaques, les vaisseaux sacrés moyens et le plexus sacré qui longe la face antérieure des vertèbres. L’exposition complète du disque nécessite la pose de 4 broches de Homann dans les plateaux vertébraux.

Pour l’étage L4-L5, l’abord est rétropéritonéal gauche pour mieux récliner les vaisseaux. Il nécessite souvent la ligature des pédicules lombaires et de la veine lombaire ascendante. La pose de l’implant est facilitée par l’ancillaire de pose et l’utilisation d’un amplificateur de brillance. Il est indispensable d’obtenir le centrage le plus parfait possible.

La plaie est refermée en laissant en place un drainage par un tuyau en plastique (drain de Redon) relié à une bouteille aspirant le sang, qui sera enlevée 2 à 3 jours après l’intervention. Quelques fois, si le diaphragme (muscle qui sépare le thorax et l’abdomen) est ouvert pour accéder à des vertèbres lombaires hautes, un drain supplémentaire dit « thoracique » sera placé et nécessitera une surveillance en unités de soins intensifs.

La durée de vie de la prothèse discale est de 20 ans. Les résultats en sont bons et dépassent de peu ceux des arthrodèses.

Selon la dernière recommandation de la Haute Autorité de Santé de 2015, la prothèse discale n’apporte pas d’amélioration clinique pertinente sur la fonction et la douleur du lombalgique chronique comparativement à l’arthrodèse ou la rééducation multidisciplinaire.

Les suites du traitement chirurgical

Après l’intervention, le patient est en principe capable se lever et d’effectuer des mouvements simples. Pendant les trois semaines qui suivent l’intervention, il est conseillé de limiter les activités : pas de séances de kinésithérapie ni de sport, le temps que la cicatrisation se fasse. La reprise d’activité peut être facilité par le port d’une ceinture gonflable AIR LOMBAIRE prescrite par le chirurgien.
Au bout d’un mois, après une nouvelle consultation médicale, le travail de renforcement musculaire peut commencer. C’est aussi le moment d’apprendre les gestes efficaces pour protéger le dos s’ils n’ont pas déjà été communiqués. La reprise du travail peut être envisagée un mois en moyenne après l’intervention chirurgicale pour les travailleurs sédentaires et deux mois pour les personnes ayant un travail physique. Si la personne souffrait avant l’intervention de lombalgies qui n’étaient pas liées à la hernie, il est possible que des douleurs résiduelles persistent. "Il est important de prévenir les patients qu’ils peuvent conserver cette douleur", souligne le Dr Sébastien Charosky. En dehors de ce cas de figure, l’intervention ne laisse pas de séquelle particulière.

Plan de page

Voir les produits

POUR la Chirurgie hernie discale lombaire et Arthrodese

CEINTURE AIR LOMBAIRE GONFLABLE

Prise en charge

Avis

Témoignages Chirurgie hernie discale lombaire et Arthrodèse

OREILLER AIRFORME

Avis

Témoignages Chirurgie hernie discale lombaire et Arthrodèse

Les Avantages

MAL DE DOS SOLUTIONS

Résultats cliniques certifiés
80 000 personnes soulagées
Bénéfices
dès la première utilisation
Satisfait ou remboursé
30 jours
Fournisseur De l'Armée française

Toutes les commandes, expéditions et conseils téléphoniques continuent de fonctionner au mois d'Août 2019

Chez Mal De Dos Solutions, nous avons à cœur de vous offrir la meilleure expérience de recherche possible, tout en respectant vos choix. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies