Your browser does not support JavaScript!

SOULAGER UN CANAL LOMBAIRE ÉTROIT

En France, le canal lombaire étroit (ou sténose lombaire) toucherait entre 2% et 10% des personnes de plus de 50 ans. Chaque année, on diagnostique plus de 65 000 personnes nouvellement touchées par le syndrome du canal lombaire étroit. En outre, 15 % des douleurs lombaires d'origine radiculaire (qui correspondent à l'irritation d'une racine nerveuse) sont liées à un canal lombaire étroit.

Les symptômes du canal lombaire étroit commencent généralement aux alentours de la soixantaine, avec une nette prédominance masculine et une activité professionnelle à risque (livreur, conducteur d'engin, maçon...). La moyenne d'âge des sténoses lombaire est de 65 ans. La sténose lombaire s'installe de manière progressive et la grande majorité des patients sont des anciens lombalgiques. Comme le processus d’évolution est lié à l’âge, on parle aussi de sténose lombaire dégénérative.

La ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE pour soulager et traiter le canal lombaire étroit

Vous vous demandez sans doute pourquoi la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE aurait une telle efficacité pour soulager et traiter des douleurs de canal lombaire étroit !

Nous expliquerons ci-après pourquoi, lors d’un rétrécissement du canal lombaire, l’origine de la douleur est d’abord liée à une compression : le disque ou la vertèbre appuie sur les racines nerveuses. Donc l’utilisation de produits anti-douleurs ou anti-inflammatoires ne permet pas d’agir sur la cause de la douleur.

Pour soigner la douleur de canal lombaire étroit, puisque l’origine de la douleur est d’abord mécanique, c’est aussi d’abord mécaniquement qu’elle devra être traitée pour soulager durablement.

Sachant que cette compression nerveuse est due au disque et/ou à la vertèbre et/ou aux articulations postérieures de la vertèbre, la question devient : comment permettre de libérer durablement les racines nerveuses de la pression exercée sur elles ? La réponse consiste à diminuer le rétrécissement du canal lombaire en exerçant deux forces :

  • Contribuer au réalignement vertical de la colonne lombaire (contre l’hyperlordose ou les glissements de vertèbres).
  • Exercer une force d’étirement vertical sur la colonne de façon à redonner de l’espace vertical entre deux vertèbres, afin de permettre au disque de ne plus déborder sur les racines nerveuses.
C’est toute la philosophie d’action de la nouvelle génération de ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE.

Le premier bénéfice ressenti par les utilisateurs des ceintures lombaires AIR LOMBAIRE contre le canal lombaire étroit est l’effet anti-douleurs naturel, mécanique, rapide et modulable.

LES MÉCANISMES D'ACTION DE LA CEINTURE AIR LOMBAIRE

1 / Effet de décompression sur les racines nerveuses comprimée par le canal lombaire étroit
Par le gonflage, la ceinture AIR LOMBAIRE provoque un léger étirement lombaire de la colonne vertébrale. Ainsi, en augmentant l'espace intervertébral, elle permet de réduire la pression exercée sur les disques lombaires et donc soulage mécaniquement et immédiatement, les douleurs lombaires dont l’origine était liée à une compression du nerf sciatique ou nerf crural. L’intensité de l’effet anti-douleur est ajustée par l’utilisateur en fonction de son besoin, en gonflant plus ou moins la ceinture AIR LOMBAIRE. Cet effet sera absolument primordial pour expliquer l’efficacité des ceintures lombaires gonflables AIR LOMBAIRE dans les cas de canal lombaire étroit associé à une discopathie lombaire ou une hernie discale.
Nota bene : cet effet d’étirement vertical est habituellement recherché lors des exercices lombaires d’étirement pratiqués chez le kinésithérapeute. Avec la ceinture, cet effet va être immédiat de façon à ne pas retarder la reprise d’activité, et accompagner la rééducation entre les séances de kinésithérapie.
2 / Effet d’alignement de la colonne lombaire en cas de canal lombaire lié à une origine vertébrale
Par la solidarisation de la partie lombaire avec la ceinture abdominale naturelle, la ceinture AIR LOMBAIRE, contribue à réaligner la colonne lombaire en cas problèmes d’alignement. Comme la ceinture AIR LOMBAIRE est non élastique en partie ventrale, et de faible hauteur, elle autorise l'ensemble des mouvements habituels sans comprimer le ventre, et sans gêne. En outre, elle est munie d’un système anti-glisse pour rester parfaitement en place lors du passage en position assise. Cet effet sera particulièrement pertinent en cas de canal lombaire étroit associé à un glissement de vertèbre comme un spondylolisthésis L4L5 ou L5S1.
3 / Effet myorelaxant et nutritif de la chaleur au niveau des muscles lombaires
Par le maintien de la juste chaleur dans la région lombaire, grâce aux propriétés isolantes de la partie gonflable, la ceinture gonflable AIR LOMBAIRE prévient ainsi les coups de froid sur la zone lombaire, particulièrement en hiver. La chaleur renforce l’efficacité grâce à la relaxation musculaire qu’elle induit. Elle améliore aussi la circulation sanguine et l’augmentation du débit sanguin apporte des nutriments et de l’oxygène dont les muscles ont besoin pour guérir et rester en bonne santé. Ainsi, la finition chauffante avec un textile intelligent breveté dénommé Calortex™, peut être avantageusement utilisée en cas de canal lombaire étroit d’origine arthrosique ou de canal lombaire rétréci aggravé par la présence d’arthrose lombaire.
4 / Effet d’hydratation des disques lombaires entre les vertèbres lombaires
L’étirement vertical de la colonne lombaire provoqué par le port de la ceinture AIR LOMBAIRE, en association avec une bonne hydratation, va contribuer à mieux maintenir l’hydratation des disques intervertébraux. En hydratant davantage le disque, celui-ci récupère davantage sa fonctionnalité d’amortisseur lors d’une exposition à une augmentation de pression liée à la reprise d’activité. Cet effet sera intéressant en cas de canal lombaire étroit associé à une hernie discale lombaire.
5 / Effet anti-crampes lombaires
A chaque mouvement du dos contre un support (voiture, lit, chaise…), la pression exercée sur la chambre pneumatique en partie lombaire fait circuler l’air dans la ceinture lombaire. Cette circulation reproduit les palpations du kinésithérapeute lors de massage et induit un relâchement des muscles lombaires. Cette action prévient ainsi les crampes musculaires la nuit au niveau des lombaires (c’est à dire les contractions intempestives en coup de poignard) ou en situation de stress. Elle est particulièrement appréciée par les personnes atteintes de douleurs insomniantes en cas de canal lombaire étroit.
6 / Effet d'absorption des vibrations au niveau de la colonne lombaire
Par le gonflage du pneumatique, situé uniquement en partie dorsale, la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE absorbe les vibrations auxquelles la personne est exposée, comme un pneumatique absorbe les vibrations sur la route. Les ceintures lombaire AIR LOMBAIRE sont d'ailleurs utilisées par le personnel de pont du porte-avion Charles de Gaulle et les pilotes d'hélicoptère de l'Armée Française pour leurs propriétés anti-vibration, depuis 2010. Cet effet sera pertinent si la personne atteinte de canal lombaire étroit est soumise à des vibrations intenses et récurrentes (sciatique du conducteur de voiture de moto, de tracteur, d’hélicoptère ou d’avion, du pilote d’engins de chantiers, sciatique de l’ouvrier du BTP...).

Soulager le canal lombaire étroit, Bouger Naturellement, Vivre Normalement

Au-delà de la phase de soulagement immédiat du canal lombaire étroit, ces effets vont durer dans le temps à mesure que la ceinture lombaire AIR LOMBAIRE vous accompagne dans votre reprise d’activité. Il ne s’agit donc pas de l’abandonner trop tôt et de prendre le risque d’une aggravation. Il s’agit plutôt de prévenir l’évolution du processus dégénératif lié à votre rétrécissement du canal lombaire, en évitant l’opération chirurgicale, tout en continuant à pratiquer, de façon raisonnable, les activités que vous ne souhaitez pas arrêter.

Peut-être pensez-vous ou avez-vous entendu dire que les ceintures lombaires, c’est mauvais pour les muscles physiologiques. Dans ce cas, vous pensez surement qu’il faut porter au minimum votre ceinture lombaire et la remiser au placard le plus vite possible. C’est en effet un des reproches classiques fait aux ceintures élastiques traditionnelles, avec plus ou moins de fondement scientifique.

Une chose est sûre, avec la ceinture lombaire gonflable AIR LOMBAIRE, qui n’est pas élastique, vous n’avez aucun risque de fonte musculaire ; au contraire, il a été constaté que les patients portant durablement la ceinture AIR LOMBAIRE regagnent du muscle, et la raison est simple à comprendre.

En fait, la ceinture n’a pas de propriété intrinsèque sur la musculation, mais parce qu’avec la ceinture AIR LOMBAIRE, la douleur est efficacement combattue, les utilisateurs reprennent leurs activités sans faire de mouvements de compensation et alors, ils reconstituent et développent leur masse musculaire. Vous êtes le moteur de votre développement musculaire, mais parce qu’avec AIR LOMBAIRE, vous n’avez pas de douleur et pas peur de vous faire mal, alors AIR LOMBAIRE contribue au redéploiement de votre masse musculaire !

En résumé, la ceinture gonflable AIR LOMBAIRE permet soulager le canal lombaire étroit et de prévenir la dégradation tout en vous permettant la poursuite de vos activités.

A noter : à réception du produit, vous avez 30 jours pour tester la ceinture. Si la ceinture est efficace, le soulagement est immédiat et la prise en charge garantie sur prescription. Si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous (moins de 1% des cas), votre argent vous est intégralement restitué.

Les causes du canal lombaire étroit

La colonne vertébrale (ou rachis) est constituée de vertèbres au milieu desquelles se trouve un canal : le canal rachidien. Celui-ci contient la moelle épinière et les nerfs.

Au niveau lombaire, la moelle épinière s’arrête et le canal rachidien est alors appelé canal lombaire. Il ne contient plus que les nerfs dits de la « queue de cheval », qui agissent sur les membres inférieurs et le périnée. Ce canal lombaire est généralement assez large pour contenir sans problème toutes les racines nerveuses des membres inférieurs et du périnée. Selon la constitution du patient, à cause d’une anatomie congénitale particulière (canal lombaire étroit constitutionnel), ou bien à cause de phénomènes d’usure naturelle (arthrose), ou d’autres pathologies (spondylolisthésis, hernie discale lombaire), un rétrécissement du canal rachidien, appelé aussi sténose du canal rachidien, sténose lombaire ou canal lombaire rétréci, peut survenir.

Sous l’effet de la compression, le diamètre du canal rachidien lombaire diminue et entraîne une compression des racines nerveuses. Normalement, le diamètre intérieur d'avant en arrière du canal lombaire est supérieur à 15 mm. En deçà de 13 mm, on considère qu'il s'agit d'un canal lombaire étroit.

Cette compression du canal rachidien est due à un ou plusieurs éléments qui agissent sur son diamètre. Trois éléments peuvent agir sur son diamètre :

  • La vertèbre

Chaque vertèbre présente dans sa partie postérieure un « trou », ou canal rachidien, au sein duquel sont protégées les structures nerveuses, la moelle épinière. La moelle épinière concentre toutes les fibres nerveuses qui transmettent les ordres du cerveau aux différentes parties de notre corps. La moelle épinière se termine en regard de la deuxième vertèbre lombaire, par le sac dural qui contient les racines nerveuses motrices et sensitives des deux membres inférieurs, et, des sphincters vésicaux et rectaux. Cette partie basse du canal rachidien est appelée la queue de cheval à cause de sa forme éponyme. Chaque racine sort du canal rachidien par un orifice, le foramen situé à hauteur d’un disque intervertébral. Lorsque la vertèbre supérieure glisse sur la vertèbre inférieure, on parle de spondylolisthésis, et cela peut entrainer un rétrécissement du canal lombaire.

  • Le disque intervertébral

Le disque intervertébral lombaire est constitué d’un annulus en périphérie (anneau fibreux), et au centre d’un nucléus (ou noyau gélatineux). Il est un élément essentiel de cette structure complexe, il assure les mouvements de notre colonne vertébrale, en flexion/extension (penché en avant ou vers l’arrière), en torsion et en inclinaison latérale. Il a aussi un rôle d’amortisseur en cas de choc ou d’hyperpression entre deux vertèbres, permettant une répartition harmonieuse des contraintes. Lorsque le disque intervertébral déborde de l’axe des vertèbres, comme dans une hernie discale lombaire, il peut appuyer sur le canal lombaire et comprimer les racines nerveuses.

  • Les articulaires postérieures

La mobilité du rachis lombaire dans les 3 dimensions de l’espace est possible grâce à la présence d’un complexe articulaire particulier, les articulaires postérieures.

Comme toutes les articulations du corps humain, elles sont sujettes à l’apparition d’une arthrose, liée au vieillissement, entraînant une déformation de celles-ci, un épaississement de la capsule articulaire.

Cette arthrose des articulaires postérieures engendre une diminution du canal lombaire d’origine dégénérative, ou arthrosique.

Ces trois causes de rétrécissement du canal peuvent se cumuler dans le temps et entraîner des signes cliniques de plus en plus gênants.

Les douleurs de canal lombaire étroit

Bien que variés, les symptômes du canal lombaire étroit sont évocateurs, surtout lorsqu'ils sont associés les uns aux autres. Le rétrécissement du canal rachidien se manifeste d'abord par des épisodes de lombalgies ou de sciatiques, à répétition, lors de marche.

La douleur mécanique à la marche est caractérisée par :

  • Une aggravation progressive c'est-à-dire qu'elle devient de plus en plus fréquente, de plus en plus intense, pour des efforts de moins en moins importants ;
  • Un arrêt au repos et parfois en position penchée le tronc vers l'avant.

Une localisation au niveau des cuisses et des jambes. Elle peut être uni ou bilatérale (d'un ou des deux côtés) ; plus vous marchez plus elle augmente.

Une faiblesse et une fatigabilité musculaires ainsi que des fourmis dans les jambes doivent alerter.

La claudication neurogène

La douleur ressentie est du type lombalgie du bas du dos, qui irradient parfois dans les membres inférieurs. Elle s’accompagne d’une « claudication neurogène », c’est-à-dire une douleur à la marche qui en limite la durée (arrêt obligatoire après 5 à dix minutes de marche.) Ces douleurs cessent au bout de cinq à dix minutes de repos et réapparaissent après un temps de marche identique. C'est la claudication intermittente. L’impression de marcher sur du coton et des crampes nocturnes insomniantes peuvent compléter ce tableau clinique. Dans les formes sévères de canal rachidien rétréci, la distance maximale parcourue n’est que de quelques mètres, avec impossibilité de pouvoir sortir de son domicile, faire ses courses, avec une exclusion sociale et professionnelle complète.

Dans 10 à 30% des cas moins sévères de canal lombaire étroit, une simple douleur à la marche n’imposant pas l’arrêt remplace la claudication neurogène

La station assise, la position fléchie en avant ou l’accroupissement soulagent rapidement le sujet. Ceci peut être à l’origine d’une démarche penchée en avant.

La radiculalgie

La compression des racines nerveuses du canal lombaire au niveau L4L5 ou L5S1, peut entrainer une douleur à la jambe, la radiculalgie, soit sous forme de cruralgie, soit sous forme de sciatique ou sciatalgie.

Chaque trajet douloureux dans la jambe oriente donc dès le départ vers une racine bien définie : la cruralgie en avant de la cuisse.
La radiculalgie L5 sur le bord externe de la jambe et la sciatique S1 en arrière de la jambe.
L’intensité de cette douleur est très variable selon les individus, on retrouve parfois plusieurs trajets douloureux, orientant vers un canal lombaire étroit pluri-étagés.

A l’effet douloureux de la compression s’ajoute l’effet inflammatoire provoqué par l’irritation de la racine nerveuse dans le cas d’un canal lombaire étroit.

Les paresthésies et les dysesthésies

La douleur de canal lombaire étroit peut s’accompagner de paresthésies (sensation de picotement, d’engourdissement, de décharge électrique ou de fourmillements) ou de dysesthésies (altération de la sensibilité) du membre inférieur. Parfois seules les paresthésies ou les dysesthésies sont présentes, passant le plus souvent inaperçu ou passager. Un avis médical sera nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Le déficit moteur et/ou sphinctérien

Parfois vous n’arrivez plus à bouger certaines parties de votre corps et cela peut entrainer une chute (sensation de lâchage du genou, impossibilité de marcher sur la pointe ou le talon du pied, impression d’un pied qui racle le sol à la marche), on parle alors de paralysie partielle ou complète. En cas de paralysie, la pression exercée par les éléments arthrosiques sur le nerf peut entrainer des lésions irréversibles, et la paralysie comme séquelle définitive. Il s’agit donc d’une urgence chirurgicale.

Le syndrome de la queue de cheval

Un canal lombaire étroit peut aussi comprimer les racines nerveuses à destinée du périnée, c’est la zone dite de la queue de cheval. Cette compression peut provoquer des problèmes pour uriner, d’impuissance ou de constipation opiniâtre. On parle alors de syndrome de la queue de cheval, aux lésions irréversibles, et très invalidantes. Il s’agit donc là aussi d’une urgence chirurgicale.

Les autres traitements du canal lombaire étroit

L’évolution naturelle du canal lombaire étroit est une aggravation des douleurs, des paresthésies, de la claudication neurogène jusqu’à l’apparition de déficits moteurs et/ou sensitifs, ou de syndrome de la queue de cheval. Cette évolution peut être sur quelques semaines, quelques mois ou quelques années. Avant tout, on se souviendra qu’il s’agit d’une affection qui peut rester paucisymptomatique ou bien contrôlée par un traitement léger pendant de très nombreuses années pour près de la moitié des patients.

Les médicaments

D’un point de vue médicamenteux, il s’agit en premier lieu de traiter la douleur par analogie à ce qui est proposé dans la lombalgie commune. Lors de symptômes sévères (qui évoluent parfois par crises qu’il faut savoir laisser passer sans recourir à une attitude trop invasive), le recours à des dérivés morphiniques doit être envisagé, en veillant à ce que les effets secondaires ne dépassent pas les bénéfices en termes de qualité de vie.

Concernant la physiothérapie et considérant l’aspect statique et mécanique de la claudication intermittente neurogène, un travail postural axé sur la diminution locale de la lordose lombaire peut être proposé ; il n’y a pas d’indication que cela soit plus efficace qu’une approche plus globale axée sur un travail en endurance.

Les infiltrations

Les infiltrations sans guidage radiologique ont fait la preuve de leur inefficacité. Concernant les infiltrations radioguidées, la mieux évaluée est la voie caudale et il y a quelques preuves en faveur d’un effet à court et long terme. Il s’agit de plus d’une voie d’abord très bien tolérée et ne présentant aucun risque en dehors de celui lié aux médicaments employés.

Faut-il opérer ?

Il n’y a pas urgence à opérer en dehors des cas suivants :

  • Déficit moteur (sciatique paralysante),
  • Douleur intolérable non soulagée par les morphiniques (sciatique hyperalgique),
  • Syndrome de la queue-de-cheval (troubles périnéaux, dysfonctionnements sphinctériens en particulier urinaires)

En dehors des urgences chirurgicales, globalement, il nous semble que la possibilité d’un traitement chirurgical doit être abordée avec tout patient n’ayant pas observé suffisamment de bénéfices après trois à six mois d’un traitement conservateur bien conduit.

Le processus décisionnel doit alors impérativement nécessiter en premier lieu une information substantielle (avantages, inconvénients, taux de réussite, amélioration raisonnablement attendue, …) pour s’ouvrir ensuite sur une discussion libre et se terminer par la détermination d’objectifs raisonnables (shared decision making). C’est dans ces conditions que l’on pourra réduire le taux d’échec et d’insatisfaction postopératoire qui, dans cette population, est en partie liée à des attentes démesurées.

Quel traitement chirurgical lors d’une opération d'un canal lombaire étroit ?

Le but du traitement chirurgical est de redonner rapidement une autonomie au patient (améliorer le périmètre de marche), et de supprimer les douleurs radiculaires.

L’acte chirurgical (Libération médullaire) consiste à « libérer » le canal des éléments qui le sténosent (l’os des lames et des articulaires, la capsule articulaire, le ligament jaune, et une hernie discale si elle est présente). On réalise alors une « laminectomie » (on enlève la lame) avec « arthrectomie partielle » (on enlève une partie du massif articulaire), associée si cela est besoin en une « arthrodèse » rachidienne (on pose du matériel) en cas de rachis déformé ou très mobile, de douleurs des articulaires postérieures.

Le nombre d’étage à libérer dépend du bilan radiologique.

Plan de page

Voir les produits

POUR le canal lombaire étroit

CEINTURE AIR LOMBAIRE GONFLABLE

Prise en charge

Avis

Témoignages canal lombaire étroit

COLLIER CERVICAL AIR

Pris en charge

Avis

Témoignages canal lombaire étroit

Les Avantages

MAL DE DOS SOLUTIONS

Résultats cliniques certifiés
80 000 personnes soulagées
Bénéfices
dès la première utilisation
Satisfait ou remboursé
30 jours
Fournisseur De l'Armée française

Toutes les commandes, expéditions et conseils téléphoniques continuent de fonctionner au mois d'Août 2019

Chez Mal De Dos Solutions, nous avons à cœur de vous offrir la meilleure expérience de recherche possible, tout en respectant vos choix. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies